logo_et_assemblee.png
Ministère de la Régularisation de Tous les Sans-Papiers
Algérie: 500 migrants arrêtés en vue d’un rapatriement «volontaire» PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Vendredi, 17 Avril 2015 13:49

AlgérieMigrations InternationalesNiger

media
Des Nigériens près d'un marché de Boufarik, en Algérie, en mai 2014. Les autorités algériennes ont mis en place une politique de retours «volontaires» de ces migrants subsahariens.AFP PHOTO/FAROUK BATICHE

Le ministère algérien de la Défense a annoncé dimanche 5 avril avoir arrêté près de 500 migrants clandestins, samedi, dans les régions de Tamanrasset et de In Guezzam, près de la frontière avec le Niger. Une opération liée au rapatriement des migrants nigériens qu'Alger et Niamey organisent depuis le mois de décembre.

L'armée algérienne affirme avoir arrêté 496 personnes : des migrants, venus de différents pays africains et entrés illégalement sur le territoire algérien. Selon plusieurs témoignages, les forces de sécurité ont entouré plusieurs quartiers de Tamanrasset, provoquant des scènes de panique. Les personnes arrêtées ont été systématiquement contrôlées. Celles qui n'étaient pas de nationalité nigérienne ont été relâchées.

Alors qu’Alger a annoncé relancer l'opération de rapatriement des migrants nigériens qui a débuté en décembre, le même type d'opération a eu lieu au nord du pays, à Oran, il y a une semaine. En trois mois, environ 2 500 personnes ont été acheminées jusqu'à Agadez, en accord avec Niamey. Les autorités insistent : ces rapatriements sont « volontaires ». Mais selon les témoignages, un nombre important de migrants sont rapatriés après avoir été arrêtés par la police lors d'opérations comme celle de samedi. L'objectif affiché est d'acheminer 3 000 Nigériens jusqu'à Agadez. Mais déjà, certains migrants expulsés sont de retour en Algérie.

Inquiétudes des ONG

En mai dernier, un afflux important de migrants subsahariens, et particulièrement nigériens, avait provoqué de vives réactions en Algérie. La presse avait alors multiplié les articles alarmistes, voire racistes, jugés alors « scandaleux et discriminatoires » par le représentant officiel de l’Onusida à Alger. Fin 2014, l’annonce de l’expulsion de 3 000 migrants nigériens, dont de nombreux enfants, avait entraîné une vive polémique entre le Niger et l’Algérie. Plusieurs organisations des droits de l’homme avaient alors alerté sur la situation de ces migrants subsahariens en Algérie, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme dénonçant en décembre « des atteintes aux droits de l’homme les plus fondamentaux », mais aussi « l’externalisation de la politique de migration de l'Union européenne dans les pays tiers comme l'Algérie ».

Chronologie et chiffres clés
  • Algérie
  • Niger
Sur le même sujet
 
Migrants: des musulmans soupçonnés d'avoir jeté des chrétiens à la mer PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Vendredi, 17 Avril 2015 13:41

Italie Libye Immigration

media Migrants dans le port de Palerme, le 15 avril 2015. REUTERS/Guglielmo Mangiapane

La police italienne a arrêté jeudi quinze migrants africains soupçonnés d'avoir jeté à la mer une douzaine de leurs compagnons d'infortune de confession chrétienne. Par ailleurs, une quarantaine d'autres clandestins seraient morts noyés après le naufrage de leur bateau pendant la traversée de la Méditerranée. Des centaines de migrants rescapés sont arrivés ces derniers jours à Reggio Calabria, en Italie, la plupart venant d'Afrique subsaharienne.

Avec notre correspondante à Rome,  Anne Le Nir

Selon les témoignages de neuf rescapés de religion chrétienne, cités par les médias italiens, 105 migrants dont une majorité de Sénégalais et d'Ivoiriens musulmans ont quitté les côtes libyennes le 14 avril entassés dans un canot pneumatique. Durant la traversée, une rixe se serait produite entre musulmans et chrétiens.

Des Nigérians, des Ghanéens et des Maliens auraient été plusieurs fois menacés d'être jetés à la mer en raison « de leur religion chrétienne ». « L'origine de leur conflit est liée à la religion », a précisé la police.

Puis, en pleine nuit, quinze musulmans seraient passés à l'acte en jetant douze chrétiens au milieu des vagues, dans les eaux internationales. Les autres migrants chrétiens n'auraient pu échapper à la noyade qu'en formant une véritable chaîne humaine.

L'embarcation, qui était en difficulté dans le canal de Sicile qui sépare Reggio de Messine, au large de la Sicile, a été secourue par la marine militaire italienne et dès que les passagers sont arrivés à Palerme, les chrétiens survivants ont été entendus par le parquet de Palerme. Les quinze meurtriers présumés ont été arrêtés et incarcérés sous l'inculpation d' « homicide aggravé par la haine religieuse ».

Parmi eux, un mineur de 17 ans. La police de Palerme a fait savoir que les suspects étaient de nationalité ivoirienne, malienne et sénégalaise. Les neuf témoins eux ont été admis dans un programme de protection spéciale, identique à celui réservé aux témoins de délits mafieux.

S’il commence à y avoir une reproduction du « choc sanglant des civilisations » dans les populations les plus vulnérables, dans cette partie extrêmement volatile du monde, ça n’augure rien de bon pour l’avenir. (…) La situation en Libye pour les migrants est extrêmement conflictuelle, depuis plusieurs années. On sait qu’il y a eu des bagarres entre migrants, entre Soudanais et Erythréens, entre Ethiopiens et Erythréens, aussi. Mais c’était un phénomène qui était extrêmement rare. Là, ce qui inquiète dans cet épisode terrible, c’est que les migrants sont d’origine ouest-africaine ou d’Afrique centrale, Nigérians, Guinéens, Maliens, etc. ce qui tendrait à penser qu’une nouvelle route s’est ouverte vers la Libye et vers la Sicile, donc, pour les Africains de l’Ouest.
Léonard Vincent (dans l'émission Décryptage du 16/04) Journaliste et écrivain, auteur de Les Erythréens. 17/04/2015 écouter

Des mineurs, des femmes enceintes

Parmi les plus de 5000 migrants débarqués entre samedi et lundi, tous partis des côtes libyennes, la majorité est originaire d'Afrique subsaharienne. Il y aurait une majorité d’Erythréens, de Somaliens, mais aussi des Maliens. Des femmes avec des enfants en bas âge, ainsi que de jeunes garçons, probablement des mineurs seuls, étaient à bord des embarcations qui ont fini par atteindre les côtes italiennes.

L’organisation Save the Children a recensé environ 450 mineurs, dont 317 non accompagnés. Elle rapporte aussi le récit de plusieurs d'entre eux qui racontent être restés séquestrés et battus pendant quatre mois dans des conditions épouvantables à Tripoli, le temps que les passeurs soutirent autant d'argent que possible à leurs proches.

Les rescapés continuent de débarquer en divers points des côtes italiennes et notamment en Sicile. Le quotidien La Reppublica raconte que sur l’une des embarcations qui a atteint le port de Palerme, il y avait 102 Somaliens, essentiellement des hommes, mais aussi quatre femmes enceintes. Un deuxième bateau a rapatrié 95 migrants venant de Côte d'Ivoire, du Sénégal, du Mali, et du Nigeria.

L’autre région de provenance est le Moyen-Orient, en particulier la Syrie et l’Irak.
Toutes ces personnes s'efforcent de gagner l'Europe à la faveur du chaos qui règne en Libye. Près de 1000 migrants ont péri noyés depuis le début de l'année.

 
Italie : la Calabre débordée par un nouvel afflux de migrants PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Vendredi, 17 Avril 2015 13:30


Le Monde |

Vidéos sur le lien:http://www.lemonde.fr/societe/video/2015/04/17/italie-la-calabre-debordee-par-un-nouvel-afflux-de-migrants_4617892_3224.html

Durée : 01:12  |  Images : AFP

Près de 350 migrants venus de Somalie et d'Erythrée sont arrivés par bateau, mardi, en Italie. Ils ont été regroupés dans un centre temporaire, mais les associations avouent leur difficulté à les accueillir dans des conditions dignes. « Il y a des maladies comme la gale et, d'un point de vue psychologique, ils ont peur. Ils ne peuvent même pas avoir une douche, car il nous manque les infrastructures minimum ».

Le Monde.fr

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/video/2015/04/17/italie-la-calabre-debordee-par-un-nouvel-afflux-de-migrants_4617892_3224.html#ilTOqcZegIKKVfOX.99
 
Comment transformer une remise de Légion d’honneur en cérémonie pour les sans-papiers PDF Imprimer Envoyer
Action politique
Vendredi, 17 Avril 2015 13:17

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard

Vidéo sur le lien:

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2015/04/14/comment-transformer-une-remise-de-legion-d-honneur-en-ceremonie-pour-les-sans-papiers_4615865_1654200.html

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/04/14/534x0/4615864_6_7b57_henriette-zoughebi-vice-presidente-du-conseil_5ccf9e3629553b2410e67248c5abaf27.jpg

Henriette Zoughebi, vice-présidente du conseil régional chargée des lycées, avec Jean-Paul Huchon  le président de la région, en décembre 2012 à Paris.

Pour transformer une remise de Légion d’honneur en cérémonie pour les sans-papiers, il faut d’abord choisir cinq lycéens à qui le préfet a fait remettre une OQTF – obligation de quitter le territoire français. Il faut y ajouter autant de lycéens brillamment diplômés, qui quelques années auparavant étaient eux-mêmes sans titre de séjour et menacés d’expulsion. Pour que la recette soit réussie, il faut encore placer le récipiendaire de la décoration entre ces deux groupes, et lancer les discours !

Cette recette-là, Henriette Zoughebi, créatrice du Salon du livre de jeunesse de Montreuil en 1984, et aujourd’hui vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France, l’avait bien mitonnée pour son passage au grade de chevalière de la Légion d’honneur, mardi 14 avril 2015. « Une décoration n’est que ce qu’on en fait », expliquait cette éternelle communiste, à quelques heures d’une cérémonie qu’elle aurait pu jalousement conserver pour elle. Son combat pour l’égalité sociale, la mixité dans les quartiers et les établissements scolaires, pour la lecture en Seine-Saint-Denis, lui valait bien une petite décoration.

« Ces jeunes ont toute mon admiration »

Eh non ! Celle qui ne croit plus au grand soir depuis quelque temps déjà a décidé d’offrir ce précieux moment à la jeunesse en difficulté. « Je suis fière d’être décorée parce que je suis profondément républicaine. Mes parents sont venus d’Europe centrale. Pour nous, la France est une terre d’accueil, la patrie des droits de l’homme. Aussi me semble-t-il normal de dédier cette décoration à ces jeunes qui ont le courage de venir au lycée alors qu’ils ont dormi dehors et n’ont parfois rien dans le ventre », analyse-t-elle. « Ces jeunes ont toute mon admiration. Je me reconnais en eux, même si je n’ai pas vécu les longs périples, parfois tragiques, qui les ont conduits ici. Ma mère a connu ce déracinement qui l’a amenée en France depuis sa Pologne natale. Et leurs histoires me renvoient à la sienne. Aussi, je profite de ce moment solennel pour demander au président de la République, qui m’honore de cette distinction, qu’il entende mon appel en faveur de cette jeunesse courageuse. Car la France doit croire dans le courage et le récompenser », ajoute celle qui, outre ses convictions politiques, a le sens de la mise en scène et n’oublie pas ses amis de RESF (Réseau d’éducation sans frontières) qui aident au quotidien les lycéens sans logement.

Henriette Zoughebi aimerait que sa belle histoire d’amour avec la France soit celle de ces jeunes demain. A ses côtés, la provocatrice sexagénaire a même invité Armando Curri, le jeune Albanais distingué meilleur apprenti de France et honoré d’un titre de séjour signé à la va-vite pour lui permettre de franchir le seuil du Sénat.

Enfouie sous un demi-siècle de militantisme, la décoration républicaine a réveillé en elle la gamine née dans le Marais, qui ne parlait que yiddish à la maison, se souvient qu’elle a appris le français à l’école en cours préparatoire. Celle qui est devenue bibliothécaire bien avant de briguer un mandat politique se rappelle aussi qu’elle est devenue française par les livres, le cinéma, le théâtre et évidemment l’école. « C’est la culture qui m’a faite et nous devons la même chose à ces jeunes qui arrivent aujourd’hui de loin », rappelle-t-elle, prouvant par sa prestation que cette décoration qui « ne se demande pas, ne se refuse pas, ne se porte pas » comme disait George Clemenceau, a encore un sens.

Abonnez-vous
à partir de 1 € Réagir Classer

Partager facebook twitter google + linkedin pinterest


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2015/04/14/comment-transformer-une-remise-de-legion-d-honneur-en-ceremonie-pour-les-sans-papiers_4615865_1654200.html#5S3Ku3IxYkmqM3K7.99
 
Manifestation samedi 21 mars 2015 à 15h à Paris et province : Ensemble contre tous les racismes et le fascisme PDF Imprimer Envoyer
Manifestations
Vendredi, 20 Mars 2015 19:27

Le Vendredi 20 mars 2015 16h54, antiracisme mars < Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. > a écrit :

21 mars : J-1 C’est demain !

1- Annoncer le parcours : Barbès-Bastille

Notre parcours est autorisé par la préfecture : Berbès, Bld Magenta, République, Bld du Temple, des Filles du calvaire, Beaumarchais, Bastille.

Installation à partir de 14H00.

A l’arrivée à Bastille prises de parole et musique (côté Arsenal).

Dispersion à 20H00.

2- Communiqué

3- Vingt manifestations au moins en France 

Aux dix-neuf déjà annoncées s’ajoute Châteauroux – 10h30 – Place de la République

Voir la liste complète sur la page facebook.

4- Il reste un peu de temps pour un peu plus


5- Il y aura 10 000 tracts pour l’assemblée

La grande salle de la Bourse du travail est confirmée pour une assemblée publique le samedi 4 avril. Après le 21 mars, on continue !

On demande à tous les signataires d’en diffuser dans leur cortège pendant la manif (les tracts seront disponibles au camion sono).

Tract en pièce jointe. 

6- Une première liste de propositions pour des slogans (Denis)

Et qu'est-ce qu'on veut ?

L'égalité

Pour qui ?

Pour tous (pour toutes et tous)

Y en a marre Y en a marre

Le racisme Y en a marre

Contrôles au faciès  Y en a marre

Islamophobie Y en a marre

Romophobie Y en a marre

Négrophobie Y en a marre

Le FN Y en a marre

Les lois racistes Y en a marre

La police Y en a marre

les gardes à vue Y en marre

les préfectures Y en a marre

la rétention Y en a marre

Et qu'est-ce qu'on veut ?

L'égalité... Des papiers...

Le fascisme c'est la gangrène

on l'élimine

ou on en crève

 

Nous sommes noirs

Nous sommes blancs

Juifs, chrétiens

non croyants ou musulmans

Tous ensemble nous sommes

de la dynamite

La jeunesse emmerde....

Ni frontières ni nation

Liberté de circulation

Même patron même combat

Egalité des droits

 

Première deuxième troisième génération

on s'en fout on est chez nous

On vit ensemble

on bosse ensemble

on lutte ensemble

on décide ensemble

Nous sommes tous et toutes

noirs, arabes

rroms et musulmans

sans-papiers

Fermez les centres

Ouvrez les frontières

Fermez Frontex

Ouvrez les frontières

Des papiers

pas des policiers

l'égalité

pas des policiers

la dignité

pas des policiers

des logements

pas des policiers

la santé

pas des policiers

du boulot

pas des policiers

l'égalité...

 

Clément Méric

On oublie pas

Clément Méric

On pardonne pas

Ibrahim Ali

On oublie pas…on pardonne pas

Brahima Bouarram…

Rémi Fraisse…

Ali Ziri...

Zyed et Bouna...

Les morts de Gaza…

Ceuta et Melila…

Auschwitz et Treblinka…

Victimes de la police…

Victimes du racisme…

Communiqué de presse

Samedi 21 mars : des manifestations dans 20 villes en France contre le racisme

Manifestation à Paris au départ de Barbès

Ce samedi 21 mars des manifestations auront lieu dans une vingtaine de villes de France* comme dans les principales villes d’Europe à l’occasion de la journée mondiale contre le racisme.

Aux côtés de l’UNSP (Union Nationale des Sans-Papiers) 125 organisations, comités de quartier contre le racisme, le fascisme ou les violences policières, associations locales ou nationales, syndicats et partis, appellent à manifester à Paris « Ensemble contre tous les racismes et contre le fascisme, L’égalité ou rien ».

Nous exigeons :

-       la fin des contrôles au faciès

-       l’arrêt des démantèlements de camps de Rroms

-       le retrait des lois liberticides et sécuritaires

-       le retrait des lois dirigées contre les musulmans

-       la régularisation de touTEs les sans-papiers avec une carte de séjour de 10 ans

-       la fermeture de Frontex, des centres de rétention et la liberté de circulation et d’installation

-       le droit de vote des étrangerEs

 

A Paris la manifestation partira à 15H00 de Barbès.

* Paris, Alençon (le 20 mars), Auch, Avignon, Calais, Chambéry, Clermont-Ferrand, Epinal, Le Mans, Lyon, Nîmes, Perpignan, Poitiers, Rouen (le 20 mars), Toulouse, Tours, Valence, St Die les Vosges, Strasbourg

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

facebook : antiracisme21mars

contacts :

Sidy Soumaré (UNSP) : 06 76 13 12 83

Sihame Assbague (Stop contrôles au faciès) : 06 27 00 32 00

Nacer El Idrissi (ATMF) : 06 77 47 21 58

Claire Gensac (Sud Education Créteil) : 06 82 28 23 09

Amal Bentounsi (collectif “Urgence notre police assassine”) 06 60 19 53 98

Sébastien Peigney (Union syndicale Solidaires) : 06 21 07 43 09

------
Manifestation

Ensemble contre tous les racismes et le fascisme

L'égalité ou rien !

http://paris.demosphere.eu/rv/37872

Trajet / parcours : Barbès - République - Bastille


carte

Le 21 mars prochain nous appelons à manifester pour la journée mondiale contre le racisme.

Cela prendra place dans un contexte marqué par l'attaque de Charlie Hebdo suivi de l'attentat antisémite de la porte de Vincennes. Nous condamnons ces meurtres et nous refusons que cela soit utilisé pour banaliser l'islamophobie et renforcer les politiques d'État racistes et liberticides.

  • Nous refusons que cela soit utilisé pour légitimer les théories d'un « choc des civilisations » qui dressent des populations les unes contre les autres en raison de leur religion réelle ou supposée.
  • Nous condamnons l'islamophobie et l'antisémitisme et toutes les formes de racisme comme nous condamnons les stigmatisations contre les quartiers populaires.
  • Nous refusons les actes négrophobes.
  • Nous refusons la chasse aux migrant-e-s et aux Rroms et les limitations à la liberté de circuler.
  • Nous refusons toute restriction à nos capacités de résister aux politiques antisociales au nom d'une « union nationale ».
  • Nous refusons de nous résigner à la montée de l'extrême-droite qu'elle prenne la forme du Front national, des groupes ouvertement fascistes et agressivement islamophobes ou/et antisémites.
  • Nous dénonçons les gouvernements qui ont renforcé la chasse aux sans-papiers, le quadrillage des quartiers populaires et qui contribuent pleinement à la montée du racisme et des idées réactionnaires, notamment homophobes et sexistes.

À cela nous opposons notre volonté de vivre ensemble et notre exigence d'égalité des droits et de justice sociale.

C'est pourquoi le 21 mars nous manifesterons ensemble en France et dans tous les pays du monde contre le racisme et contre le fascisme.

Pas de discours, l'égalité ou rien !

Nous exigeons :

  • la fin des contrôles au faciès,
  • l'arrêt des démantèlements de camps de Rroms,
  • le retrait des lois racistes dirigées contre les Musulman-e-s,
  • le retrait des lois liberticides et sécuritaires,
  • la régularisation de tou-te-s les sans-papiers avec une carte de séjour de 10 ans,
  • la fermeture de Frontex, des centres de rétention et la liberté de circulation et d'installation,
  • le droit de vote des étrangers.

Parce que notre indignation n'est pas sélective, nous n'oublions pas, aux côtés des victimes des attaques de Charlie Hebdo et de l'Hyper-Cacher, les milliers de migrant·e·s disparu·e·s en Méditerranée et ailleurs, les victimes des violences policières dans nos quartiers ainsi que Rémi Fraisse, manifestant tué par la police. Nous n'oublions pas les mort·e·s de Gaza, de Homs, du Nigéria ou de Kobané et toutes les victimes de la guerre comme nous n'oublions pas les victimes de la violence d'extrême-droite.

C'est en leur mémoire que nous appelons à descendre massivement dans la rue le 21 mars prochain.

Signataires

A l'initiative de l'UNSP (Union Nationale des Sans-Papiers)

UNSP (Union Nationale des Sans-Papiers), Act Up - Paris, ASM (Afrique Survie Migrations), APCV (Agence de Promotion des Cultures et du Voyage), Amnesty International Angers, 4ACG (Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre), AFA (AntiFasciste Action Paris Banlieue), ACDR (Arts et Cultures des Deux Rives), ACORT (Assemblée Citoyenne des ORiginaires de Turquie), ACLEFEU, ACTIT (Association Culturelle des Travailleurs Immigrés de Turquie), ASTI93 (Association de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés), AMF (Association des Marocains en France), ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France), ATF (Association des Tunisiens en France), AIDDA (Association Interculturelle de production, de Diffusion et de Documentation Audiovisuelle), Association Marche pour l'égalité et contre le racisme de 1983, AMDH - section Paris/IdF (Association Marocaine des Droits Humains), Association PLUS : Papiers Liberté Unité Solidarité, ARDLFM (Association pour la Reconnaissance des Droits et Libertés aux Femmes Musulmanes), ATTAC France, ASCJP (Association Socio-Culturelle des Jeunes et de leurs Parents) - Paris 15, Association Varec'h, BAN (Brigade Anti-Négrophobie), Brigade des Mères (Sevran), Capjpo - Europalestine, CEDETIM/IPAM, CISPM (Coalition Internationale des Sans-Papiers et Migrants), Collectif 8 mars pour tou·te·s, Collectif antifa La Horde, Collectif antifasciste 95, CAPAB (Collectif Antifasciste PAris Banlieue), Collectif Citoyens, Collectif contre l'islamophobie et les racismes - Paris 20, Collectif 3C (Culture, Citoyenneté, Création), Collectif D'ailleurs Nous Sommes d'Ici 37, Collectif D'ailleurs Nous Sommes d'Ici Strasbourg, Collectif de Taksim, Collectif des habitants d'Arcueil contre le FN et les idées d'extrême-droite, CSP 17 - Foyer St Just (Collectif des Sans-Papiers), CSP 75, CSP 75 - Strasbourg St Denis, CSP 93, CSP 95, CSP Livry gargan, CTSP Vitry-94 (Collectif des Travailleurs Sans-Papiers), CEAL (Collectif Enseignant pour l'Abrogation de la Loi de 2004), CFPE (Collectif Féministes Pour l'Égalité), Collectif Garçes, Collectif Paris 18 Charles Hermite contre le racisme et l'extrême-droite, Collectif Stop le contrôle au faciès, CUAFA20 (Collectif Unitaire AntiFasciste et Antiraciste Paris 20ème), Collectif Universel Paris 8, Collectif Urgence notre police assassine, Collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri, Collectif Vérité et Justice pour Wissam, Collectif Villeneuvois pour la Palestine, ICAD (Comité international contre les disparitions politiques), Coordination Régionale Rhône-Alpes de soutien aux sans-papiers et sans droits, Droits devant !!, DIEL (Droits Ici Et Là-bas), ETM (Égalité Toulouse Mirail - Écoles TiersMondes46), EPI (Étudiants Pacifistes Internationaux), ENAR (Réseau européen de lutte contre le racisme), FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou·te·s les Immigré·e·s), FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives), Femmes en Luth, Femmes en lutte 93, Femmes plurielles, Ferguson in Paris, FFR (Filles et Fils de la République), Fondation Copernic, Fondation Frantz Fanon, FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires), Génération Palestine - Paris, Intégration 21, La Voix des Rroms, Les Indivisibles, Liste des Sans-Voix - Paris 18, Lumière & Couleurs 93, MTE (Mamans Toutes Égales), Même droits pour toutes et pour tous, Mouvement du christianisme social, MILI (Mouvement InterLuttes Indépendant), MPF/HM2F (Musulman·e·s Progressistes de France / Homosexuel·le·s Musulman·e·s de France), REMCC (Réseau Euro-Maghrébin Citoyenneté et Culture), IJAN (Réseau International Juif Anti-sioniste), Respaix Conscience musulmane, Riposte antifasciste, Sortir du colonialisme, UTIT (Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens), SKB (Union Socialiste des Femmes), UJFP (Union Juive Française pour la Paix), Voix des Femmes Migrantes, YS (Young Struggle), CGT Éduc'action 93, CGT Educ'action 95, CGT Éduc'action Créteil, CGT Inspection du travail - Emploi - Formation professionnelle, CGT Sony DADC, CNT-STE 75, Fédération Solidaires étudiant·e·s, Solidaires 84, Sud éducation 84, Sud éducation 89, Sud éducation Créteil, Sud éducation Mayotte, SNJ-CGT (Syndicat National des Journalistes CGT), Syndicat National Solidaires Justice, Union départementale CGT Paris, UNEF Le Mans, Union syndicale Solidaires, VISA (Vigilance et Initiarives Syndicales Antifascistes), AL (Alternative Libertaire), CGA (Coordination des Groupes Anarchistes), Ensemble, EELV (Europe Écologie Les Verts), FA (Fédération Anarchiste), FCP (Force Citoyenne et Populaire), Jeunes Pirates, Les Alternatifs, MJCF (Mouvement Jeunes Communistes de France), NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), OCML-Voie Prolétarienne, PCF (Parti Communiste Français), Solidarité communiste.

document au format PDF:

Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/37872
Source : message reçu le 18 mars 14h
Source : message reçu sur ensemble-faldi le 12 mars 11h
Source : message reçu sur ensemble-faldi le 20 février 14h
Source : message reçu sur ensemble-faldi le 12 février 14h
Source : message reçu sur ensemble-faldi le 9 février 21h
Source : http://www.solidaires.org/article50350.html
Source : http://www.sudeduccreteil.org/Ensemble-contre...


Liste des manifestation partout en France

Le 20 mars

  • Alençon : Préfecture à 18h30
  • Rouen : 17H30 devant la sortie du métro du Théâtre des Arts

Toutes les autres villes, le 21 mars !

  • Paris : Barbès à 15h
  • Toulouse : Méro Empalot à 14h
  • Perpignan : Place Arago à 10h30
  • Avignon : Square Agricol Perdiguier à 14h
  • Calais : Parc Richelieu à 15h
  • Chambéry : Devant les Halles à 15h (et non plus Place St Léger)
  • Poitiers : Palis de Justice à 15h
  • Tours : Place jean Jaurès à 15h

Source : message reçu sur sortir du colonialisme le 12 mars 16h


Contre tous les racismes,

égalité des droits et justice pour tou-te-s

Front de Gauche

La montée du racisme et de la xénophobie à laquelle nous assistons depuis plusieurs années maintenant a connu une inquiétante accélération au cours des derniers mois.

Après les attentats meurtriers de début janvier, qui ont visé Charlie hebdo et un hypermarché casher, les lieux de culte juifs et musulmans ont dus être placés sous protection policière et des dizaines d'attaques contre des mosquées et des personnes de confession musulmane ont été dénombrées. Le Comité contre l'islamophobie en France en a recensé 208 en janvier et février 2015, soit autant que pour la seule année 2014. 80 % des cas concernent des femmes musulmanes dont 22 agressions physiques.

Aujourd'hui, aux discriminations systémiques s'ajoutent ainsi des passages à l'acte plus nombreux et plus violents, et une libération forte de la parole raciste légitimée et alimentée par un certain nombre de media et de dirigeants politiques. Mais ce sont bien le gouvernement Hollande-Valls et sa majorité parlementaire qui portent la plus lourde responsabilité dans la situation actuelle. En reniant leurs engagements en matière de lutte contre les discriminations et en poursuivant la même politique répressive anti-Roms et anti-immigré-e-s que les pouvoirs précédents, ils ont cédé le terrain à la droite et à l'extrême-droite et leur ont donné l'opportunité de se remobiliser sur leurs sujets de prédilection.

Le front de gauche thématique « antiracismes » appelle les citoyen-ne-s et toutes les forces de gauche à se mobiliser pour s'opposer à toutes les formes de racismes et de discriminations qui s'intensifient partout dans la société. Contre les divisions, face aux discours, aux actes et aux politiques racistes et xénophobes, développons la solidarité et défendons l'égalité des droits et la justice pour tou-te-s !

Soyons nombreux et nombreuses ce samedi 21 mars, 15h, à Paris Barbès, à la grande manifestation unitaire « Ensemble contre tous les racismes et le fascisme ».

Source : http://conscience-musulmane.over-blog.com/art...


21 mars journée internationale de lutte contre le racisme

Communiqué de presse du MRAP

49 ans après l'instauration par l'ONU de la Journée internationale de lutte contre le racisme, 43 ans après le vote par le Parlement français de la loi sanctionnant le racisme comme délit, le MRAP s'inquiète d'une montée sans précédent de toutes les formes de racisme et du rejet de l'Autre parce différent.

Les vieux démons réapparaissent : comme dans les années 30, l'étranger, le Juif, le Rom, le Musulman - ou supposé tel - ou encore le sans papier, sont les « boucs émissaires » auxquels est attribuée la responsabilité de tous les maux et de toutes les injustices de la société, qu'ils sont pourtant parmi les premiers à subir.

Profitant du désarroi d'une partie de plus en plus grande de la population, en France comme dans l'ensemble de l'Europe, l'extrême droite progresse. Le discours de la présidente du FN se veut rassurant, mais il est contredit par les propos odieux, racistes, xénophobes et homophobes, tenus sur les réseaux sociaux ces derniers jours par plusieurs de ses candidats aux élections départementales.

Mais l'extrême droite n'est pas seule en cause.

Quand la Méditerranée est devenue le cimetière de milliers de migrants africains, quand en France, les expulsions d'étrangers n'ont jamais été aussi nombreuses, quand les Rroms sont violemment expulsés de bidonville en bidonville, comment s'étonner de la banalisation du racisme ?
Lorsque des responsables gouvernementaux, lorsque d'anciens ministres vont jusqu'à tenir des propos stigmatisants, comment croire que c'est sans rapport avec la recrudescence des actes racistes au quotidien ? avec la persistance des discriminations qui minent le vivre ensemble ? Les contrôles au faciès perdurent… Les Africains et les Ultramarins subissent les mêmes injures. La parole raciste envahit les réseaux sociaux, s'afficher « raciste » n'est plus tabou.

Le 11 janvier, des millions de citoyens ont dit leur solidarité avec Charlie et les victimes du magasin casher, ils ont dit aussi leur refus de la haine et de l'amalgame. Mais depuis cette date, les actes islamophobes ont augmenté de 70% par rapport à janvier 2014. Les actes antisémites ont doublé en un an.

En ce 21 mars, le MRAP réaffirme son refus de toute forme de racisme et son refus d'une société racisée. Il condamne les discours de haine d'où qu'ils viennent.

Parce que le racisme prospère sur les inégalités, le MRAP appelle à une mobilisation de toutes et tous pour une véritable égalité des droits. La solution n'est pas dans de futurs matins bruns, mais dans une mobilisation de tous pour faire reculer les problèmes sociaux et politiques de la France, générateurs de souffrances, d'inégalités et de ghettoïsation.

C'est sur ces bases universalistes que le MRAP appelle à manifester le 21 mars contre tous les racismes, pour les valeurs de la République, d'égalité, de liberté, de fraternité.

Source : communiqué MRAP, reçu le 19 mars 11h


Expulsion Alaa J-4

Cortège lycéens sans papiers à la manifestation du 21

Lycéen au LP la Tournelle, à la Garenne-Colombes (92), Alaa est originaire d'Algérie. Il vit et étudie en France depuis 4 ans. Entré en France après 16 ans, Alaa figurait comme tant d'autres dans les laissés-pour-compte de la circulaire Valls du 28/11/2012, dite de « régularisation ».

Depuis un banal contrôle de police le 27 février, il est enfermé au centre de rétention de Vincennes avec une OQTF préfectorale (obligation de quitter le territoire français). Il y est encore et peut, d'un jour à l'autre, être renvoyé en Algérie où il n'a plus personne car toute sa famille vit en France. Il ne pourra donc pas passer son bac en juin. De plus, comme il vivait en France il n'a pas été recensé et risque- en plus de ses 18 mois de service militaire - d'avoir à purger 2 ans de prison en Algérie.

Bien conscient de l'impopularité de ces expulsions de lycéens, les gouvernements de gauche comme de droite y avaient presque totalement renoncé depuis des années. Avec Alaa, verrons-nous le retour à de telles pratiques devenues exceptionnelles ? Un avion est prévu pour lundi prochain, le 23 mars à 7h.

Nous sommes sa famille, ses amis, ses enseignants, ses camarades. Simples citoyens ou associatifs, nous refusons l'expulsion d'Alaa.

Ensemble, nous nous joindrons à la manifestation du 21 mars, à Paris, dans le cadre de la journée mondiale contre le racisme.

Manifestation
samedi 21 mars 15h00
Métro Barbès
(rendez-vous devant le MacDo)

Départ collectif
Lycée La Tournelle
14h15

Avec le soutien de : ASTI Colombes, ASTI-RESF Asnières, CGT Éduc 92, FCPE 92, FSU 92, JC Asnières, LDH 92, MJS 92, NPA 92, PCF Asnières, PCF 92, PS 92, RESF 92, SUD Éduc 92, UNEF Nanterre, UNL 92

Pétition en ligne : http://Resf.info/P2881
contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

document au format PDF:

Source : http://sudeducation92.ouvaton.org/spip.php?ar...


Ensemble contre le racisme

Organisation communiste libertaire Paris

Dans le fumet nauséabond qui se dégageait déjà bien avant le 7 janvier, cette manifestation est bienvenue. Il est bienvenu de rappeler que nous sommes opposé-e-s à tous les racismes. Nous sommes opposé-e-s à ce racisme colonial, qui non content de pourchasser les immigré-e-s, se refuse toujours à considérer les jeunes des quartiers populaires comme français-es égaux-égales en droits à tou-te-s les autres citoyen-ne-s. Nous sommes opposé-e-s à cette vieille tradition nationale d'antisémitisme, tradition honteuse maintenant et qui ne se proclame plus ouvertement dans la bonne bourgeoisie, mais tradition sur laquelle surfe l'extrême-droite pour tenter de récupérer des supporters dans les quartiers populaires. Nous ne supportons pas cette chasse aux rroms qui semblent avoir l'aval tacite de tous. Nous ne croyons pas au « choc des civilisations ». Comment l'occident après la traite négrière, après les massacres coloniaux, après la destruction de l'Irak, après ses nombreuses interventions meurtrières à travers toute la planète peut-il prétendre lutter contre la barbarie ? Nous n'oublions pas comment les « manifs pour tous » ont redonné vigueur aux vieux relents homophobes, ni le sexisme éhonté de ceux et celles qui ont réussi à travers leur « journée de retrait de l'école » à enrayer les timides tentatives de l'éducation nationale pour promouvoir l'égalité hommes-femmes.

Bref, nous sommes opposé-e-s à tous les racismes. Et nous ne le sommes pas seulement pour des raisons morales. « Diviser pour mieux régner » a toujours été la doctrine constante de tous les pouvoirs. Nous sommes pour l'émancipation sociale. Et nous savons bien que le racisme a toujours été le meilleur moyen d'opposer les exploité-e-s entre eux et elles. C'est la tactique aussi vieille que le pouvoir du bouc émissaire. Le racisme agit aussi de façon plus subtile. Il se traduit par des conditions d'exploitation différentes, ce qui permet d'isoler les un-e-s des autres lors de la défense (légitime) d'avantages acquis qui ne sont pas généralisés à tou-te-s, les un-e-s étant stigmatisé-e-s comme privilégié-e-s, les autres désigné-e-s comme jaunes potentiel-le-s. Nous savons bien pourtant que le capitalisme s'est toujours appuyé sur l'existence de populations dominées pour aggraver l'exploitation de tous, noirs contre syndicalistes blancs aux Etats-Unis, hommes contre femmes la première moitié du 20ème siècle en France, français-es contre immigré-e-s et sans-papiers aujourd'hui et depuis toujours. Nous savons bien que ce n'est qu'en intégrant l'ensemble des situations de domination que nous pourrons gagner notre émancipation.

Et c'est là que nous sommes gêné-e-s par certaines évolutions de la lutte antiraciste. Le racisme divise la population, nous divise, en de multiples catégories. Ces catégories ne sont pas fondées sur ce que nous faisons, si nous vivons de l'exploitation des autres ou non, sur le rôle que nous jouons, si nous participons volontairement à la domination ou non, mais sur ce que nous sommes, nos origines raciales ou ethniques, nos orientations sexuelles, notre sexe, nos croyances... Il nous enferme dans des identités qu'il a fabriquées lui-même. Chacun de ces groupes subit des discriminations spécifiques qui sont mises en concurrence les unes avec les autres. Le combat antiraciste glisse alors d'un projet émancipateur, la libération de l'humanité de toutes les exploitations et de toutes les dominations, à une concurrence malsaine : qui souffre le plus ? Quel antiracisme spécifique est le plus légitime ? Nous nous égarons alors dans des listes de l'ensemble des discriminations en tâchant de n'en oublier aucune, et pourtant nous en oublierons toujours tant la liste est extensive. Certes, l'émancipation ne peut être l'oeuvre que des travailleurs eux-mêmes. Certes, la lutte contre le racisme passe par chacun des groupes qui en sont victimes, et qui lutte contre son oppression spécifique. Mais si nous reprenons systématiquement les catégories de nos ennemis, si nous nous égarons dans des discussions sans fin sur la question de savoir lequel parmi les racismes est le plus virulent, le plus urgent à combattre, notre lutte sera perdue d'avance. Le pouvoir pourra toujours trouver des catégories délaissées à surexploiter, des groupes discriminés à opposer contre les autres.

Tous les racismes sont solidaires. Derrière le racisme anti-arabe et anti-noir, l'antisémitisme et le sexisme ne sont jamais loin. Ne l'oublions pas, et restons solidaires contre tous les racismes.

document au format PDF:

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Source : http://paris-luttes.info/ensemble-contre-le-r...

 
Rejoignez-nous sur cette pétition!Aidons Mademoiselle Kourbanova. PDF Imprimer Envoyer
Pétitions
Lundi, 16 Mars 2015 23:49

Date : 16 mars 2015 18:42: 

Madame la Préfète Josiane Chevalier: Aidons Mademoiselle Kourbanova !


Pourquoi c'est important

Leur maison dynamitée dans l'extrême sud de la Russie, la famille fuit et se cache pendant des mois dans les montagnes. Au final d'un déplacement éprouvant, ils parviennent en France où Mlle. Kourbanova entreprend un Bac Pro Cuisine. Mais les autorités françaises lui demandent aujourd'hui de repartir seule dans son pays d'origine, en dépit des graves dangers qui l'attendent. 
Je suis un de ses professeurs, et je vous demande de régulariser sa situation pour qu'elle puisse demeurer parmi nous. C'est une élève sérieuse, volontaire, appliquée, bien intégrée à sa classe, et dotée d'un solide projet professionnel. Alors, je vous en prie, aidez-la !

Madame la Préfète Josiane Chevalier: Aidons Mademoiselle Kourbanova !
A l'attention de: Madame la Préfète Josiane Chevalier

Cette pétition est très importante et nécessite notre aide. Clique ici pour en savoir plus et signer:
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Madame_la_Prefete_Josiane_Chevalier_Aidons_Mademoiselle_Kourbanova/?kALwTcb

solidarité, fraternité

 
Caravane FSM Tunis 2015: Appel de la Coalition internationale des Sans-papiers et Migrants (CISPM) pour la participation des Sans-papiers, des demandeurs d’asile et des Migrants au Forum social mondial (FSM) de Tunis en mars 2015 PDF Imprimer Envoyer
Action politique
Lundi, 16 Mars 2015 14:03

http://cispm.org/index.php?option=com_content&view=article&id=79:caravane-fsm-tunis-2015-appel-de-la-coalition-internationale-des-sans-papiers-et-migrants-cispm-pour-la-participation-des-sans-papiers-des-demandeurs-d-asile-et-des-migrants-au-forum-social-mondial-fsm-de-tunis-en-mars-2015&catid=84&Itemid=435

Appel de la Coalition internationale des Sans-papiers et Migrants (CISPM)  pour la participation des Sans-papiers, des demandeurs d’asile et des Migrants au Forum social mondial (FSM) de Tunis en mars 2015.

La CISPM (Coalition internationale des Sans-papiers et Migrants) appelle tous les mouvements et collectifs de Sans-papiers, migrants d’Europe et demandeurs d’asile, ainsi que les associations de migrants subsahariens arrivés ou installés au Maghreb, à réaliser ensemble leur participation active au prochain Forum Social Mondial (FSM) de Tunis, qui se tiendra du 24 au 28 mars 2015.


La CISPM, créée en 2012, dans le droit fil de la 1 ère Marche européenne des Sans-papiers et Migrants réalisée en Juin 2012, est le regroupement de collectifs de Sans-papiers et demandeurs d’asile résidant dans plusieurs pays européens, à ce jour la France, la
Suisse, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, la Pologne, ainsi qu’au Mali, en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Mauritanie.
Son objectif est de lutter pour l’avancée des droits des sans-papiers, des Migrants et des demandeurs d’asile, à l’échelle européenne et internationale, la seule aujourd’hui pertinente pour attaquer les problèmes à leur véritable hauteur.
Pour cet événement du FSM 2015 de Tunis, deux Caravanes seront formées par la CISPM, l’une venant du Nord, d’Europe, par la Méditerranée, l’autre du Sud, d’Afrique Sub-saharienne, par la route. Cette mobilisation à partir des deux pôles de nôtre géographie de migrants et d’exilés, dans une convergence vers le FSM de Tunis, tient à nôtre volonté de donner la plus haute résonance, dans cette chambre d’écho que sera le FSM, aux voix des « damnés de la terre » que nous ne cessons d’être, comme anciens colonisés, et des nouveaux sous-prolétaires que nous sommes devenus, comme Sans-papiers, réfugiés et demandeurs d’asile.
Si nous voulons notre engagement aussi important, c’est d’abord parce que les questions mises en jeu au FSM 2015 nous y invitent expressément. Au FSM de Tunis 2013, auquel nous avions participé après avoir tenté une traversée par la Méditerranée (nous étions 15 Sans-papiers et nos soutiens mais avons été refoulés au port de Tunis), c’était la thématique de la dignité qui en était le fil conducteur. Elle était tout à fait pertinente pour parler de notre condition et de nos droits de Sans-papiers et de migrants.
Malheureusement, le temps de parole qui nous fut accordé ne nous permit pas de développer combien, dans le contexte actuel du capitalisme déterritorialisé, notre expérience de la délocalisation forcée, de la précarisation organisée, de la surexploitation programmée, ce véritable servage des temps modernes que nous subissons pouvait donner lieu à de nouvelles formes de luttes, qui, n’en doutons pas, deviendront à court terme, au fur et à mesure du processus de paupérisation des populations, la méthode des combats à venir. Les derniers des hommes, nous nous trouvons ainsi, à l’heure de la lutte, en première ligne.
Ainsi, à l’annonce du « fil directeur » des tâches du FSM 2015, nous avons décidé d’y occuper toute notre place. Nous nous réjouissons qu’il soit officiellement annoncé que « la mobilisation en Afrique sub-saharienne fait partie des grands enjeux. Le FSM 2015 sera un forum de la Tunisie, du Maghreb et aussi de l’Afrique. Des représentants du Forum social Africain seront associés au comité d’organisation ... la participation africaine demandera une attention particulière. Elle nécessitera une valorisation du fond de solidarité qui doit être préparé dès maintenant. »

Si nous engageons notre participation au FSM 2015 de Tunis avec beaucoup de détermination et d’attentes, cela tient aussi à l’histoire de notre mouvement et de notre lutte qui veut faire « flèche de tous bois » et a toujours refusé la « politique de la chaise vide », qui fut pourtant celle qui nous fut trop souvent proposée. Nous travaillons d’arrache-pied à ce que s’ouvre une nouvelle étape d’une longue Marche des Sans-papiers et migrants pour leur émancipation, qui a commencé, pour l’Europe en 1996 à Paris, à St Bernard, lorsque les Sans-papiers ont décidé de prendre leurs affaires en main, sont sortis de la peur et de la clandestinité pour réclamer leurs droits fondamentaux.Longue marche au quotidien ponctuée ces dernières années par des moments forts. Mai 2010 :

Paris-Nice à pied pour interpeller la Françafrique. Février 2011 : Caravane au FSM de Dakar, pour inscrire la problématique des Sans-papiers en bonne place dans la liste des injustices à combattre avec la plus farouche détermination. Juin 2012, Marche européenne des Sans-papiers et des Migrants, afin de se réapproprier concrètement en traversant 9 frontières la liberté de circulation et d’installation, pourtant proclamée comme un droit fondamental de l’homme dans la Déclaration universelle des droits de 1948, et porter cette revendication auprès du Parlement européen. Mars 2013 : participation au FSM de Tunis, malgré le refoulement à la Goulette de notre Caravane de Sans-papiers venus par la mer pour dénoncer les politiques de collaboration des Etats européens et subméditerranéens dans leur chasse liberticide et homicide aux migrants dont tant sont morts noyés. Septembre 2013 : Marche du Grand Paris, pour mettre le gouvernement socialiste, après un an d’exercice du pouvoir, devant ses responsabilités sur son entêtement à vouloir poursuivre une politique d’immigration réactionnaire et dangereuse pour la démocratie. Mars 2014 : intervention aux élections municipales à Paris et en Ile de France, pour interpeller les candidats sur la situation des migrants et à propos du droit de vote pour les étrangers non communautaires. Juin 2014 : Caravane de la CISPM à Bruxelles et semaine d’action à l’occasion du Sommet du Conseil européen sur les questions d’immigration, avec une mobilisation importante commencée en mai et  juin par une Marche européenne pour les droits des Migrants et demandeurs d’asile, de Strasbourg à Bruxelles, à laquelle s’était jointe une délégation de la CISPM. Nous souhaitons ardemment que le FSM 2015 de Tunis soit le lieu et le moment d’une étape décisive dans l’avancée de la réflexion et de l’action sur la nécessité d’obtenir à terme tout le droit et tous les droits pour les Sans-papiers et Migrants.

La situation générale, en Afrique, au Maghreb, en Europe, en France, et partout ailleurs dans le monde, impose l’urgence de ce débat. Certes, le FSM 2015 de Tunis propose de faire porter la discussion sur la mobilisation des peuples dans la Région Maghreb-Machrek et dans le monde à partir de 2011, et « de ce point de vue l’évolution tunisienne sera en avant ». Rien de plus juste pour la Tunisie qui est au départ des insurrections de la Région, et qui fait effort dans la poursuite de son combat pour la justice, la liberté et le dialogue national. Pour notre part, nous tirerons la sonnette d’alarme sur les choix économiques et politiques que l’Europe a fait et veut accentuer par ses politiques d’austérité et de sécurité. Nous sommes de ceux qui pensons que ces politiques ne sont en rien solutions, chiffres à l’appui, à l’économie « en crise », alors qu’en même temps tout est fait pour accélérer privatisations, libéralisations des marchés, dissolution du code du travail, exploitation éhontée des travailleurs, éradication du service public et enrichissement des plus
riches. ! Et les alternatives à gauche qui tardent à venir ! Et même la mort de la gauche annoncée ! Nous estimons, nous autres migrants et Sans-papiers, être partie prenante de cette transformation négative, non seulement parce que nous faisons partie de la grande armée du sous-prolétariat, donc solidaires avec les plus exclus et démunis, mais aussi parce que l’échec de ces politiques fait le jeu des forces les plus réactionnaires, nationalistes, racistes et xénophobes, dont nous sommes et serons les premières victimes. Et les adversaires les plus déterminés. Nous n’oublions pas aussi que 2015 sera l’année de deux évènements capitaux pour la suite du monde : d’une part le remplacement du cadre de développement de l’ONU, d’autre part la ratification d’un nouveau traité sur le climat.Il est certain que ces deux enjeux géopolitiques, toile de fond de l’évolution de notre monde pour les 20 ans à venir, donnent la mesure de l’importance cruciale des positions que la société civile et les mouvements sociaux devront dégager à Tunis en mars 2015. Et pour nous, cela implique l’importance d’une réflexion commune sur le devenir des migrations, des demandeurs d’asile, des Sans-papiers,
des réfugiés.
En pratique, nous appelons à la formation de deux Caravanes, chacune porteuse d’un message commun et de revendications spécifiques. Le message commun, c’est le droit à la liberté de circulation et d’installation, le droit à l’émigration et à l’immigration.
Les revendications spécifiques porteront sur les problématiques de l’émigration Sud-Sud et Sud-Nord pour la Caravane venant de Bamako à Tunis par la route. Pour la Caravane venant d’Europe, elle aura pour tâche de témoigner de la dégradation, en fait et en droit, de la condition des Sans-papiers et Migrants en France et en Europe.

Chaque Caravane, d’une cinquantaine de personnes, comportera des Sans-papiers mandatés pour prendre la parole au FSM 2015, et c’est à quoi nous tenons le plus, que la voix des Sans-papiers eux-mêmes, traversant les frontières, soit entendue officiellement au sein de l’agora mondialisée du FSM. Auparavant, dans chaque ville-étape, les Caravanes organiseront des manifestations pour faire connaître à la population ce que sont réellement les lois actuelles régissant l’immigration : en Europe pour la Caravane venant de Paris jusqu’à Algesiras puis par bateau jusqu’à Ceuta où elle rejoindra la caravane africaine, et au Maghreb-Machrek pour la Caravane venant du Mali, durant un périple d’un mois, de Bamako à Tunis, en passant par Nouakchott, Casablanca, Rabat, Ceuta, Melilla, Oujda, Oran, Alger. Ces caravanes auront à cœur de manifester devant Ceuta et Melilla en solidarité avec les migrants subsahariens « en souffrance » aux portes sauvagement grillagées de l’Europe. Elle s’attachera aussi à dénoncer la ségrégation et le racisme ordinaire que ces migrants subsahariens rencontrent dans leur installation ou leur passage au Maghreb. Pour la Caravane « européenne », la traversée de la Méditerranée sera une nouvelle occasion de manifester sa solidarité internationale à tous les migrants forcés à l’exil par la mondialisation au péril de leur vie, et dans cette épreuve aussitôt poursuivis comme délinquants, au mépris de leur humanité. Ce que nous souhaitons vivement : qu’à chaque étape de leur périple, les deux Caravanes réussissent à mobiliser les solidarités locales, que les Marocains de Casa, de Rabat, d’Oujda , les Algériens d’Alger ou d’Oran, fassent preuve du soutien le plus chaleureux à la Caravane, qui activera ainsi des ressources, des promesses d’ action et de solidarité pour l’avenir, comme nous l’avions constaté en 2010 tout au long de notre Marche de Paris à Nice, qui avait créé des liens qui tiennent dans la durée et que nous comptons bien aussi réactiver dans leur soutien à la Caravane de Paris à Algésiras.

En résumé, déjà à l’occasion du FSM 2013, le FALDI (Forum des Associations des Luttes Démocratiques de l’Immigration) avait souligné que « la question de l’immigration est un enjeu planétaire qui bouscule les notions de frontières, de souveraineté et de citoyenneté et doit être une des thématiques centrales... ». Faisons en sorte qu’il en soit ainsi en mars 2015, où nous nous devons d’apporter l’expérience et l’expertise des Sans-papiers rassemblés dans la Coalition Internationale des Sans-papiers et Migrants. Nous nous efforcerons de rappeler, au cours des rencontres et des ateliers, l’essentiel de nos analyses et de nos revendications qui, selon nous, ont vocation à être présentées et discutées de manière plénière, car même si elles sont issues d’une lutte qui se déroule en France, en Europe et en Afrique, ses conditions et ses objectifs peuvent prétendre à l’universalité. Il ne s’agit pas seulement de décider de quelques mesures ici ou là, mais de changer radicalement de vision du monde.

Si nous nous en tenons aux grandes lignes, nous revendiquons :
- Le droit à la libre circulation et à la libre installation.
- La fermeture des centres de rétention pour les Sans-papiers et demandeurs d’asile. Nous nous associons à la campagne
- Frontexit qui exige le démantèlement de l’agence Frontex.
- L’arrêt des expulsions du pays d’accueil et des zones extraterritoriales destinées à l’externalisation des expulsions hors
de l‘Europe.
- La régularisation de tous les Sans-papiers dans un titre de séjour pérenne (la carte de 10 ans pour la réalisation d’une
insertion réussie) et la réduction des taxes afférentes.
- La promulgation du droit de vote et de l’éligibilité à toutes les élections pour les migrants régularisés.
- Le respect inconditionnel du droit d’asile.
- L’égalité de plein droit entre nationaux et migrants régularisés (accès au travail, à la santé, à l’éducation, à la culture,
en particulier accès à tous les métiers selon les compétences, lutte contre la dé(dis)qualification professionnelle des
migrants).

Ces 7 points représentent nos fondamentaux et nos raisons de lutter.
Enfin nous voulons aussi contribuer à l’extension du FSM en appelant les associations, les syndicats, les travailleurs, les retraités,
les étudiants, les mouvements sociaux, les partis, tous les citoyens et citoyennes à rejoindre et soutenir par tous les moyens possible les
préoccupations et interrogations du FSM de Tunis 2015 qui se tient du 24 au 28 mars 2015, tout particulièrement sur le chapitre qui
concerne la question des migrations , et dès maintenant, en participant au soutien à notre projet de Caravanes.
Tous ensembles à Tunis, d’une manière ou d’une autre !
Le porte-parole de la Coalition Internationale des Sans-papiers, Migrants et demandeurs d’asile,
Anzoumane SISSOKO
Le 30 juillet 2014
----
Coalition Internationale des Sans papiers et Migrants ( CISPM)
E-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , Anzoumane Sissoko :+33 651 70 74 92
Pour tout soutien financier : envoyer chèque à l’ordre de DIEL (Droits Ici et Là-bas)
Ou virement : FR76 3006 6100 1100 0200 6420 224, en précisant Don pour Caravanes
FSM Tunis 2015
Adresse Sissoko Anzoumane, CISPM

----

La caravane au départ de Paris,  étapes suivantes:

Départ le 14 Mars Paris Bordeaux
le 15 Madrid Algésiras
le 16 Madrid Algésiras
le 17 Algésiras Ceuta
le 18 Ceuta Calpe
le 19 Calpe Perpignan
le 20 Perpignan Marseille
----
La Radio Fréquence Paris Plurielle 106.3  s'intéresse à toutes les luttes qui valent et donc celle des sans-papiers.
Il y a un "carnet de bord" de la caravane tous les jours à 13h30 du lundi au vendredi, à partir du lundi 16 mars au vendredi 27 mars ainsi que le lundi 30 mars pour le retour de la caravane de Tunis.
Avec Alioune Traore d"'intégration 21" du 16 au 20 mars puis Anzoumane Sissoko du 23 au 27 mars dans un duplex qui relira Paris et le FSM Tunis 2015.

Lien web radio FPP svp:
 
Film de Fernand Melgar: L'abri PDF Imprimer Envoyer
Culture
Vendredi, 06 Mars 2015 23:06


Le Vendredi 6 mars 2015 11h40, Philippe Hagué <philippe.hague(AT)gmail.com> a écrit :




Concluant une vertigineuse et remarquable trilogie sur les conditions d’accueil des étrangers en Suisse,
l’Abri a pour théâtre un centre d’hébergement d’urgence à Lausanne.

Le Monde

Fernand Melgar filme bien en face les deux côtés de la barrière : les travailleurs SDF s’abîmant à vue d’œil,
mais aussi les veilleurs triant les pauvres au pifomètre, la mort dans l’âme.
Télérama

On sent ici les limites de la pensée humaniste, puisqu’au pays de la Rolex et des comptes bancaires des plus grosses fortunes mondiales,
on assiste à la douce dégringolade de M. Sow, mauritanien sans papier, ni emploi, ni femme, ni enfant
ou de ce couple d’Espagnols poussés hors de chez eux et loin de leur fille de 10 ans par la crise économique.

Libération

Nourri par une vraie science du montage et de la mise en scène, cet excellent documentaire déborde
aisément ses frontières géographiques pour témoigner de l’incapacité croissante de nos sociétés à gérer les flux migratoires.

 Première

Ces quatre extraits de presse mettent en lumière toute la puissance du regard de Fernand Melgar, avec son nouveau film, L'Abri, sorti le 4 mars dans les salles de cinéma, en partenariat avec la FNARS (Fédération Nationale des Associations de Réinsertion sociale) et la Ligue des droits de l'Homme.
L'Abri est programmé, cette semaine, à Paris, Caen, Brest et Tours. Les horaires sont disponibles sur le site de l'association Entraides Citoyennes.  

Prochainement à Angers, Aubervilliers, Bordeaux, Dijon, Grenoble, Le Havre, Lille, Lyon, Le Mans, Marseille, Metz, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Orléans, Rennes, Pantin, Saint-Etienne, Strasbourg, Toulouse...
Nous invitons toutes les associations mobilisées sur le drame des sans-abris, qu'ils soient nationaux ou étrangers, à nous rejoindre pour la distribution de ce film, tant il pose, avec beaucoup d'acuité et d'humanité, les problèmes pratiques et éthiques de l'hébergement d'urgence, en Suisse comme ailleurs en Europe.


Pour faire halte à l'indifférence, à la peur et à la haine qui monte, si vous souhaitez vous emparer de ce documentaire, organiser une rencontre avec un public, le plus large possible, pour faire le point en la matière des enjeux et des perspectives sur votre ville, contactez-nous : hague.philippe(AT)gmail.com


Vous trouverez, en pièce jointe, le texte de soutien de la LDH, le dossier de présentation et une première revue de presse du film. La bande-annonce et la page facebook sont consultables en suivant les liens.

En restant à votre disposition pour toute information complémentaire et suggestion de votre part,

Bien cordialement,

Pour Dissidenz
Philippe Hagué








 
L'Albanais sacré meilleur apprenti de France obtient un titre de séjour provisoire PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Jeudi, 05 Mars 2015 23:58

Armando Curri, ce jeune sans-papier de 19 ans, a bien reçu ce mercredi sa médaille de meilleur apprenti menuisier de France. Il a également obtenu un titre de séjour provisoire de trois mois. «Je réalise même pas, c'est formidable», a-t-il commenté.

04 Mars 2015, 06h59 | MAJ : 04 Mars 2015, 11h53

Armando Curri &eacute;tait jusqu'&agrave; mardi sous la menace d'une expulsion du territoire. Il a finalement obtenu un titre de s&eacute;jour provisoire et recevra sa m&eacute;daille de meilleur apprenti de France au S&eacute;nat mercredi.
Armando Curri était jusqu'à mardi sous la menace d'une expulsion du territoire. Il a finalement obtenu un titre de séjour provisoire et recevra sa médaille de meilleur apprenti de France au Sénat mercredi.
(capture écran iTélé)

«C'est le plus beau jour de ma vie.» Emu, Armando Curri, 19 ans, a bien reçu ce mercredi sa médaille de meilleur apprenti menuisier de France, comme près de 340 autres lauréats de différentes catégories. Jusqu'à la veille pourtant, le jeune Albanais n'était pas sûr de pouvoir rejoindre ses camarades au palais du Luxembourg.

Sous la menace d'une expulsion à cause de son statut de sans-papier, il a finalement obtenu mardi soir un répit de trois mois.

«Je viens de recevoir toutes ces belles choses (...) En une journée, ma vie a changé», bredouille-t-il sur France Bleu Loire. Inscrit en bac pro dans un lycée de l'agglomération roannaise (Loire), Armando était jusqu'alors sous le coup d'une Obligation de quitter le territoire français (OQTF), qu'il contestait devant le tribunal administratif. Mardi, cette OQTF a été abrogée par la préfecture qui lui a délivré une autorisation provisoire de séjour de trois mois.

«L'apprentissage, une voie d'intégration»

«L'apprentissage est une voie d'excellence et aussi une voie d'intégration. La République doit toujours donner sa chance à l'excellence, au mérite et à l'exemplarité», a commenté dans un communiqué la secrétaire d'État au Commerce et à l'Artisanat, Carole Delga. «Je réalise même pas, c'est formidable», confie le jeune homme, médaille en or au cou.

Pour Armando, la chambre haute du Parlement a donc fini par faire une exception. «Au plan des principes, le Sénat, institution de la République chargée d'élaborer la loi, se doit de la respecter. Au plan des réalités, l'apprentissage est une voie d'excellence que le Sénat ne cesse de promouvoir», a indiqué la présidence du Palais du Luxembourg. Et à titre plus personnel, le patron du Sénat, Gérard Larcher (UMP), «a décidé, après en avoir informé le ministère de l'Intérieur, de ne pas faire obstacle à l'accueil de ce jeune dans le cadre strict de la cérémonie organisée par la Société des meilleurs ouvriers de France (SMOF)».

Primé en juin dans la catégorie menuiserie-agencement, le jeune Albanais est arrivé en France il y a trois ans en bénéficiant du statut de mineur isolé. Depuis sa majorité, cette fameuse OQTF lui interdit de travailler. Il a déposé un recours devant le tribunal administratif de Lyon, qui doit l'examiner en mai.

VIDEO. La réaction d'Armando, sans papier sacré meilleur apprenti de France 

VIDEO. Le meilleur apprenti de France est arrivé clandestinement en France il y a trois ans

 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 1 sur 186