logo_et_assemblee.png
Ministère de la Régularisation de Tous les Sans-Papiers
Samedi 29 août 2015 dans la Drôme à Cliousclat et dimanche 30 août à Portes-les-Valence projet ALTERNATIBA. PDF Imprimer Envoyer
Action politique
Vendredi, 28 Août 2015 17:24

flyer

Samedi soir 29 aout  nous recevrons à Cliousclat  une délégation de la CISPM (Coalition internationale Sans-Papiers et Migrants). Dans le cadre de leur engagement au projet

ALTERNATIBA, participeront à la fête des "Allo" dimanche 30 Aout à Portes-les-Valence.

Auparavant,  ils ont souhaité revenir à Cliousclat,  un des" hauts lieux " lors de la marche Paris-Nice de 2010.

Nous, associations "Mêmes droits pour toutes et pour tous" et "Femmes en luth", aurons plaisir à vous accueillir à partir de 17H dans la cour de la fabrique de poteries, nous pourrons visionner le DVD réalisé durant la marche Paris-Nice, discuter autour d'un verre, vous retrouver, les rencontrer.

Merci à la Mairie de Cliousclat de nous prêter cette cour de la poterie, lieu de tant de rassemblements mémorables!

A diffuser svp merci.

Josiane Lafay - Jean Jacques Franclin.

Information tél : 0623397788

Courriel : forumsocial26(at)yahoo.fr






 
Appel à rassemblement devant les locaux de la Police de l'Air et des Frontière (PAF) à Menton-Vintimille pour commémorer la mort de todor, tué d'une balle de la Police de l'Air et des Frontière. PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Samedi, 22 Août 2015 17:48

De: "PRJ COLLECTIF" <police.justice.racisme(at)gmail.com>
À: assemblee-paris(at)listes.testet.fr
Envoyé: Vendredi 21 Août 2015 12:04:09

Appel à rassemblement devant les locaux de la Police de l'Air et des Frontière (PAF) à Menton-Vintimille pour commémorer la mort de todor, tué d'une balle de la Police de l'Air et des Frontière.


RASSEMBLEMENT SAMEDI 22 AOUT 2015 DEVANT LES LOCAUX DE LA POLICE AUX FRONTIERES DE MENTON-VINTIMILLE POUR TODOR ET TOUTES LES AUTRES VICTIMES DES VIOLENCES ET CRIMES POLICIERS

Aujourd’hui, nous avons le malheur de rappeler les circonstances de l’assassinat de l’un des nôtres, Todor Bokanovic. A l’âge de huit ans, il est mort d’une balle tirée par la police aux frontières lorsque ces parents passaient la frontière franco-italienne à Sospel, le 20 aout 1995. Cette assassinat a eu lieu à quelques kilomètres du poste frontière de Menton-Vintimille où nous sommes bloqués et systématiquement déportés depuis quelques mois. Si nous nous rassemblons, ici, devant les préfabriqués de la police aux frontières c’est parce que nous estimons que c’est la même logique qui a mené à l’assassinat de cet enfant. Chaque jour, nous vivons aussi des violences policières à cause des frontières. Il y a une semaine, une centaine de personnes qui ont tenté de prendre le train pour résister aux politiques racistes de la France, ont subi des violences policières. Il y a un an, l’un des nôtres qui résistait à une déportation forcée vers l’Algérie est mort avant son arrivée à l’aéroport de Roissy.

En plus de tuer des gens, les policiers sont couverts systématiquement par la justice qui refuse de reconnaître qu’ils sont des criminels. La famille de Todor a vu les policiers qui ont tué leur enfant relaxés. D’autres familles et proches des victimes de la police subissent le même sort.

Cette année, la justice a acquitté les policiers qui ont tué deux adolescents, Zyed et Bouna, à Clichy-sous-Bois le 27 octobre 2005. Même chose pour ceux qui ont tué un retraité algérien, Ali ZIRI, décédé le 11 juin 2009 à l’hôpital deux jours après son interpellation par la police d’Argenteuil.

Demain, nous pouvons être les prochaines victimes des crimes de la police française qui déjà nous violente quotidiennement. Que se passera-t-il si l’un de nous refuse de céder aux violences des polices qui nous barrent la route, nous expulsent des trains et nous déportent de force vers l’Italie ?

A Sospel en 1995 comme a Vintimille et Calais en 2015 la police et leurs frontières tuent, humilient et mutilent.

Une pensée pour toutes celles et ceux assassiné-e-s par la police, ici, ou ailleurs !

Nous demandons la levée de tous les barrages policiers aux frontières, dans les gares et les quartiers populaires !

Rendez-vous Samedi 22 août 2015 à 18H au 30 avenue Aristide Briand à Menton

 
Besoin d'un hébergement sur Paris pour une mère de famille suite au décès en France de son enfant mineur PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Vendredi, 21 Août 2015 19:15

Besoin d'un hébergement sur Paris pour une mère de famille suite au décès en France de son enfant mineur

Besoin d'un hébergement sur Paris pour une mère de famille suite au décès en France de son enfant mineur, survenue dans des circonstances dramatiques en voulant rejoindre Calais puis l'Angleterre.

La durée de son séjour sera très courte. Impossible pour le moment de prévoir une date d'arrivée (visa) et de départ.

La famille est très démunie ; son billet d'avion aller-retour sera probablement payé par elle-même ou par un collectif de soutien. Par contre, s'il peut y avoir le gîte et le couvert gratuit, ce serait formidab

Ne me répondez que par mail privé SVP:

zeromemed(at)yahoo.fr

Merci de votre attention et de votre bienveillance.

 
«We Are Strong if You Are Here»: un mese di presidio a Ventimiglia. Compte rendu de la réunion inter associative avec le directeur de cabinet du préfet des Alpes Maritimes. PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Mardi, 18 Août 2015 18:52

«We Are Strong if You Are Here»: un mese di presidio a #Ventimiglia

Clicca per ingrandire.

[Dalle scogliere sul confine nordorientale a quelle del confine nordoccidentale. Da Trieste a Ventimiglia, due storie di migrazione, fantasmi e razzismo. Ma in questo caso, anche di lotta e solidarietà. Buona lettura. WM]

Testo di plv, foto di Michele Lapini.

(Si ringraziano Diletta, Francesca, Gionna e Ste per la collaborazione.)

Questo post era inizialmente pensato per “bucare” l’informazione: dopo la massiccia presenza di mass media a documentare la situazione, nessuno si era più interessato a quanto stava avvenendo a Ventimiglia. Tuttavia, a un mese dall’inizio dal blocco della frontiera francese, i media sono tornati e gli articoli hanno cominciato a riapparire. Non c’è più quindi uno schermo da bucare, ma al più una controstoria da ricostruire, anche se non è facile: per quanto chi scrive possa impegnarsi, il colore della sua pelle rimane inesorabilmente bianco. Raccontare una controstoria può quindi valere fino a un certo punto anche se ci si proverà fino in fondo. Tuttavia, se un articolo ha senso, in questo momento, in questo blog, è soprattutto perché si possa riflettere sul “che fare” in una situazione che è del tutto fluida e in continua evoluzione. Se qualcuno quindi avesse idee, opinioni o altro, questa è un’occasione buona per esprimersi. Se invece qualcuno volesse sbraitare a caso sull’emergenza immigrazione, lo faccia solo dopo aver letto questo articolo.

1. In direzione ostinata e contraria

Il giorno 12 giugno un nutrito gruppo di migranti, provenienti prevalentemente dal Sudan ma anche dall’Eritrea, viene bloccato dalla gendarmeria francese mentre cerca di passare da Ventimiglia a Menton, ossia di oltrepassare la frontiera tra Italia e Francia. In realtà diversi di loro hanno già fatto dei tentativi nei giorni precedenti, ma sono stati puntualmente respinti e rispediti nel confine italiano. Le prime immagini della protesta mostrano i migranti di fronte al casello ripetere ossessivamente slogan che fanno riferimento ai diritti umani e alla loro volontà di passare la frontiera. Un rito a cui nel primo periodo si assiste parecchie volte e che si ripete il 12 luglio, ad un mese dal primo blocco.

Nei primi giorni di giugno la situazione è tesa anche in altre zone d’Italia, in particolare nelle stazioni dei treni di Roma e Milano. Il motivo è ufficialmente la temporanea sospensione di Shengen a causa del G7 in Germania avvenuto tra il 6 e l’8 giugno. Si tratta quindi di una situazione ampiamente prevedibile dato che l’evento era fissato da mesi, invece da sud a nord l’Italia si ritrova in un’emergenza che più che essere improvvisa sembra essere studiata a tavolino, tanto più che i numeri di quest’ondata non sono maggiori rispetto al flusso abituale. Un meccanismo che attiva la solita retorica dell’invasione quando invece il problema prioritario sembra piuttosto quello dell’evasione.

I migranti rimangono bloccati sulla strada per qualche giorno, “uno scandalo”, “una ferita aperta nel cuore dell’Europa”, dichiarano i politici italiani scandalizzati dalla chiusura della Francia. Sul luogo del presidio viene mandata la polizia italiana per “risolvere” la situazione, vale a dire per sgomberare i migranti e mandarli in stazione dove sono state allestite delle sale con posti letto e si installa il presidio della Croce rossa, con un campo per ospitare le persone che non trovano posto dentro la stazione. Nessuno sa qual è il destino dei migranti che vengono portati in stazione ed è bene dire fin da subito che, ad oggi, non si sa qual è il piano previsto per loro.
Alcuni migranti vengono così portati via di peso mentre oppongono una resistenza passiva ma determinata (tanto che due di loro subiscono un fermo per “resistenza a pubblico ufficiale”). La polizia invece va ben oltre il limite: con una freddezza chirurgica le forze dell’ordine trascinano i ragazzi, mettondo loro le mani in faccia, impedendogli di urlare, spingendo i ragazzi come fossero sacchi vuoti da stivare in un magazzino:  uno spettacolo osceno che sembra essere creato ad arte per essere visto da chi si aspetta una risposta decisa dal governo Renzi e da chi si nutre di razzismo.
Di fronte a questa situazione, molti ragazzi fuggono verso gli scogli minacciano di buttarsi in mare se la polizia insisterà nella sua operazione. Insieme a loro c’è un piccolo gruppo di agricoltori della zona, accorsi sul luogo subito dopo aver sentito la notizia in radio: a un mese da questo fatto si può dire che il loro aiuto immediato si è rivelato determinante.

Di fronte al mare di Ventimiglia. Clicca per ingrandire.

Poco dopo un altro gruppo di solidali, a cui un blocco della polizia impedisce di arrivare in zona, arriva sul luogo e dà vita a quello che sarà (ed è tuttora) il presidio permanente No Borders Ventimiglia. Viene lanciata una manifestazione e il 20 giugno una manifestazione pacifica di persone, provenienti da Ventimiglia e da altre zone d’Italia, sfila per le vie della città al grido di “No borders”.

Finita la manifestazione non è cambiato nulla: i migranti sugli scogli sono ancora sugli scogli, gli attivisti del presidio rimangono al presidio, quelli accorsi da fuori tornano nelle loro rispettive città. I media interessati alla vicenda diminuiscono, scompaiono.
Sarà che a Bologna d’estate fa un caldo insopportabile. Sarà che la sagra dell’intellettualità rappresentata da Reunion è stata più insopportabile del caldo. Sarà che c’è un sacco di gente che fa un lavoro da cui cerca solo un buon motivo per scappare. Sarà che c’è voglia di compromettersi. Fatto sta che un gruppo di persone che vive a Bologna prepara un’iniziativa in supporto al presidio di Ventimiglia. L’idea non viene da una delle realtà storiche della città, bensì della Rete Eat The Rich, (di cui Giap ha già trattato), che col sostegno di CampiAperti promuove l’idea di una staffetta per Ventimiglia. È così che da martedì 23 si parte per portare una cucina popolare e, nella precarietà della situazione, cercare di fare comunità insieme ai migranti. Poco a poco l’iniziativa si allarga e coinvolge persone che vanno ben oltre il gruppo della mensa. Sul volantino si vede in controluce una staffetta partigiana

Chi vuole leggere i report di Eat the Rich può farlo cliccando sull’immagine.

Se il gruppo della staffetta bolognese è estremamente nutrito, gli attivisti e le attiviste arrivano anche da altre città della Liguria, da Milano, da Massa, da Torino, dalle Marche, dalla Sicilia. E dalla Francia. È così che a Ventimiglia, lungo un braccio di mare di un centinaio di metri si inizia a parlare una manciata di lingue differenti.

2. 20miles

Forse non siamo nel centro di tutte le contraddizioni del mondo come Zerocalcare a Kobane, ma ci siamo vicini.
I migranti montano un accampamento a ridosso della frontiera a poche decine di metri da un resort di lusso con annesso un ristorante: nel menù esposto all’esterno si legge che il prezzo per un antipasto può arrivare a di 45 euro e un caffè freddo alla nocciola 15.

Le spiagge sono eccezionali, il mare è cristallino e poco lontano è possibile apprezzare una singolare spiaggetta che ha più telecamere di sorveglianza che ombrelloni: è una zona di turismo, tendenzialmente ricco, dove lo scompenso tra la bella vita di chi si reca in zona in villeggiatura e la povertà totale dei migranti raggruppati sugli scogli può effettivamente causare riso isterico.

Foto rubata da un attivista del presidio.

Nonostante le lamentele di alcuni la zona in realtà è separata dalla città, tanto che paradossalmente il centro abitato più vicino è Menton, la cittadina francese immediatamente al di là del confine. Il problema è che a Menton ci vai solo se sei bianco. Sarebbe meglio dire che “ci vai solo se sei europeo”, ma alla prova dei fatti se sei un viso pallido nessuno ti chiede alcun documento.

Nel corso di un mese le persone del presidio sono riuscite a risolvere alcune difficoltà che le istituzioni si sono ben guardate da affrontare: grazie ad un pannello solare i ragazzi sugli scogli riescono a caricare i loro cellulari, il bene più prezioso che portano con sé, l’unico mezzo per restare in contatto con i propri familiari. Sono state montate delle docce e dopo alcune settimane è stato installato un water perfettamente funzionante. Dagli abitanti di Ventimiglia e dagli attivisti che passano dal presidio arrivano vestiti e cibo. In molti chiedono cosa possono portare per aiutare il presidio: teli, materassini e cellulari.

La situazione evolve, è in continuo cambiamento: a detta di tutti una mattina al presidio equivale a 5 giorni, per stress, sbalzi d’umore, per il numero di input da immagazzinare e rielaborare. Sin dal primo giorno si è adottata una politica di appoggio totale alle rivendicazioni dei migranti: non saranno gli europei a imporre loro una linea, una proposta politica o anche solo delle parole d’ordine, saranno loro stessi a decidere e ci si metterà a loro disposizione. Un approccio che però nel corso del tempo mostra la sua problematicità: se in un primo momento il gruppo dei migranti è unito nel condurre una lotta politica sull’abolizione delle frontiere, poco a poco l’unità si frammenta e “mettersi a disposizione della lotta dei migranti” diventa sempre più complicato e costringe ad improvvisare, tanto più che man mano che i giorni passano diventa sempre più evidente che l’unica azione delle istituzioni è quella di fare da blocco all’arrivo di nuovi migranti sugli scogli. Inoltre il sindaco di Ventimiglia, Enrico Ioculano (quota PD), ha recentemente emanato un’ordinanza contro chi, “per mero spirito di solidarietà”, si dedica alla “somministrazione” di cibo “a favore dei medesimi profughi”.

Nel frattempo anche la situazione globale muta.
Lo scandalo giornalistico dei primi giorni si assopisce anche in virtù della promessa che negli ultimi anni è ricorsa diverse volte: “tutto sarà risolto al Vertice UE”, che è previsto per il 25 e il 26 giugno. Nel frattempo il Sindaco di Menton decide comunque che la frontiera resterà chiusa, bypassando ogni eventuale decisione dei suoi superiori. Va detto, anche per avere un’idea delle difficoltà a cui i migranti vanno incontro, che il sud della Francia è una delle zone in cui il Front National ottiene più consensi.

Il giorno 26 giugno avviene l’attentato di Sousse e nelle prime ore si pensa che Yassin Salhi, il mitomane che ha assassinato il suo datore di lavoro vicino a Lione, appartenga ad una cellula dell’ISIS. Una situazione molto complessa, insomma, resa ancora più pesante dal fatto che in quegli stessi giorni l’Unione Europea è impegnata a fare la voce grossa con la Grecia del governo Syriza, che poche ore dopo il vertice annuncia il referendum. Il clima della discussione al Vertice UE sul tema migrazione è perfettamente riassunto in una frase contenuta in un articolo apparso su Repubblica  dove si legge: «A causa della discussione sulla Grecia il dossier sull’immigrazione slitta di un paio d’ore e viene affrontato dai leader a cena».

Tra antipasto e dessert (è lo stesso articolo a ripercorrere la discussione seguendo il succedersi delle portate) un dibattito sembra effettivamente avere luogo, ma il risultato è un semplice rinvio a dopo l’estate per la redistribuzione dei migranti negli stati del territorio Europeo che si svilupperà nell’arco di due anni. Renzi è deluso, ma accetta l’accordo finale: nei giorni precedenti ha paventato un Piano B, sebbene non sia dato sapere quale fosse.

La situazione evolve anche a Ventimiglia o perlomeno evolve sugli scogli: dopo la delusione dovuta al fallimento del Vertice UE, il gruppo che all’inizio era estremamente compatto e dava vita ad intense assemblee («non ce ne andremo finché non elimineranno le frontiere» era una frase piuttosto ricorrente) inizia a sfaldarsi. In molti si allontanano in piccoli gruppi o da soli tentando di varcare la frontiera. Nelle sere, finite le assemblee tra europei e non-europei, alcuni ragazzi si allontanano zaino in spalla per non far ritorno. E tuttavia quello che inizialmente sembra un passo indietro rispetto alle iniziali rivendicazioni, indica la necessità di un cambiamento di strategia sia per i migranti che per gli attivisti, che si impegnano a recuperare informazioni, in particolar modo riguardo alle procedure per le richieste d’asilo.

Alla stazione di Ventimiglia. Clicca per ingrandire.

C’è solo un luogo dove non muta mai nulla: la stazione di Ventimiglia. Non è un lager né una prigione e infatti chiunque può andare e venire quando vuole (purché non si tratti di andare al presidio sugli scogli). Tuttavia alla stazione di Ventimiglia si è effettivamente creato un luogo di controllo attraverso la creazione di un ambiente completamente asettico dove le persone sono assolutamente passive, in attesa che qualcuno decida per loro. Una situazione che, sottolineano alcuni operatori accorsi al presidio, è simile a quella dei centri di seconda accoglienza. Chi riesce a entrare in stazione di Ventimiglia è letteralmente assalito da gruppi di persone che chiedono informazioni. Un ragazzo ci dice che gli è stata presa solo un’impronta digitale e chiede se questo sia sufficiente per fare richiesta d’asilo. Un altro dice che gli sono state prese le impronte a Ventimiglia e chiede se ora può fare domanda di asilo in Francia (la risposta è no). Riguardo ai diritti dei minori non viene fornita alcuna informazione. Qualcuno del presidio conosce l’amarico e per questo viene sommerso dagli etiopi presenti che fanno qualunque tipo di domanda.

Certo, la maggior parte delle persone qui hanno un letto. Certo, sono nutrite e curate dalla Croce Rossa italiana. Certo, le condizioni di vita consentono la presenza anche di donne e bambini. Tuttavia le 200 persone che vivono lì sono costrette in una situazione di assoluta passività, tagliate fuori da ogni processo decisionale che li possa riguardare.

Poche notizie di chi se n’è andato. Molti sono costretti a tornare indietro a seguito dei controlli della gendarmeria francese. E non è l’unico scandalo: in un container oltre confine ritroviamo una famiglia di siriani, che viaggiavano in un treno francese con regolare biglietto e regolare passaporto: tenuti lì dentro per ore vengono rilasciati e rimandati a Ventimiglia. Il biglietto è requisito e con esso i soldi necessari per comprarne un altro. Stessa sorte per altri che restano rinchiusi anche per quattro ore, senza nessuna ragione apparente, prima di essere rilasciati.

Tra quelli che se ne sono andati qualcuno fa ritorno a Ventimiglia, scegliendo proprio quella striscia di rocce come rifugio. E’ così che si capisce che l’unica tappa accettabile per chi vuole ripartire ma non ha un luogo per rifiatare, per chi non vuole “tornare indietro” sono quegli scogli duri e sporchi a ridosso della frontiera, dove per la prima volta si ha la possibilità di esprimere ciò che si pensa.

3. Can anybody translate?

E’ la domanda classica che si fa nei momenti in cui ci si riunisce, quando non esiste una lingua comune e si parla allo stesso tempo italiano, inglese, francese, arabo e altri dialetti. Tutti gli interventi hanno bisogno di essere tradotti e non sempre ci si riesce. Nei momenti di chiacchiera molti parlano senza capire realmente, ma la storia del presidio è anche una storia di relazioni oltre che di parole: si parla senza capire, eppure ci si intende. Può sembrare un’uscita fricchettona, eppure è così.

I primi giorni la lingua è quella dei 184 africani che occupano gli scogli e che chiedono l’abolizione di tutte le frontiere. Poi le cose cambiano, si formano delle assemblee miste, complesse. Il gruppo del presidio è molto eterogeneo, il gruppo dei migranti pure ed ha le sue dinamiche: a chi ci si riferisce per prendere le decisioni? A quelli che sono riconosciuti come leader? Forse, ma non funziona: lo stress è molto anche per gli esponenti più carismatici del gruppo, anche perché i loro nomi finiscono sui giornali e i vari reporter fanno a gara per sapere la loro storia. Inoltre, dopo il fallimento del Vertice Ue, il nervosismo è alto. Si prova quindi con difficoltà a parlare insieme, ad avere la pazienza di capire. Gli attivisti del presidio tentano di fornire informazioni certe e non contraddittorie. Solo che in alcuni casi questa operazione sembra particolarmente complessa e l’impressione è quella che una qualsiasi opinione o presa di posizione avrà un peso decisivo sulle vite delle persone che abbiamo davanti. Ci sono domande a cui è difficile dare risposta:
«Secondo voi ha senso che rimaniamo sugli scogli?»
Oppure si è costretti a dare informazioni che pesano come macigni:
«Abbiamo deciso che rimarremo sugli scogli fino al Vertice dell’Unione Europea.»
In realtà il Vertice non ha dato risultati.
Qualcuno vuole passare dal Brennero, ma gli spieghiamo di non farsi illusioni per quella che viene chiamata la Lampedusa delle Alpi
«Vogliamo arrivare a Londra, bisogna andare a Calais.»
Solo che Calais è una delle frontiere più violente d’Europa e proprio nell’ultimo periodo è stata luogo di numerosi scontri con la polizia.
«Conoscete sentieri?»
I percorsi per passare la frontiera sono noti a tutti e soprattutto sono pericolosissimi. E’ un’informazione che non li tocca: hanno attraversato il deserto, il Mediterraneo, sono stati imprigionati e picchiati in Libia (grazie agli accordi italo-libici, alcuni di loro sono stati più volte minacciati di morte. La concezione di “pericolo” di un europeo medio è necessariamente diversa. C’è quindi una domanda che a più riprese serpeggia nelle teste di chi rimane al presidio: siamo utili noi a questi ragazzi o gli stiamo semplicemente rendendo più complicate le cose?
– We are strong if you are here – dicono alcuni dei migranti.

Una delle assemblee serali, sullo sfondo la città di Menton. Clicca per ingrandire.

Forse la polizia capisce la questione meglio di altri, tanto che agisce col preciso scopo di fiaccare le energie di chi resiste: uno degli ultimi giorni di giugno le forze dell’ordine impongono lo sgombero del marciapiede che costeggia gli scogli, dove ci sono alcuni gazebo e dove un piccolo numero migranti dorme la notte. Viene fatta spostare anche la tenda che era stata messa all’ombra per conservare meglio il cibo.

Alcune cose però sono chiare: nessuno o quasi nessuno dei migranti vuole fermarsi in Francia, il che rende ancora più assurda la questione, dato che il problema sembra essere proprio il fatto che la Francia non li vuole. Forse basterebbe poco, pochissimo per aiutarli a passare il confine, ma qualunque tentativo farebbe cadere nel reato di “favoreggiamento dell’immigrazione clandestina”:
– Una manifestazione, con decine e decine di auto che li portano dall’altra parte.
– No, meglio alla spicciolata.
– Proponiamoglielo.
– Non promettiamo cose a vanvera: prima chiediamo ad un avvocato.

In realtà il problema non è giuridico ma politico: un’azione così potente di disobbedienza civile avrebbe bisogno di una rete potente in grado di dare supporto che al momento non è ancora stata costruita.

Cosa si può fare, quindi? La domanda rimane aperta e all’orizzonte non appaiono soluzioni facili. Ciò che è certo è che il presidio sta fornendo ai migranti la possibilità di esprimersi e partecipare attivamente ad un percorso collettivo. Per molti la cucina diventa un’occasione di socialità, non si tratta solo di somministrare dei pasti ma, sempre di più, di cucinare insieme, decidere cosa mangiare, coinvolgere i produttori locali e quelli della rete di Genuino Clandestino, cercando di restituire ai migranti quel minimo di autonomia di cui sono stati privati. Addirittura a fine giugno si mette in piedi una festa in cui i ruoli sono rovesciati: sono loro a far da mangiare per noi europei e il risultato è spettacolare: «You are welcome» ci dicono offrendoci un piatto di chorba.
– Good?
– Scotta un po’.
Nell’ultimo periodo tra i migranti si sviluppa anche una consapevolezza tale che li porta a scrivere anche il loro primo comunicato:

«A tutti i migranti nel mondo che hanno attraversato i deserti, che hanno solcato i mari, che hanno rischiato le proprie vite, che stanno mettendo la loro vita in pericolo per arrivare in luoghi di pace, come l’Europa ed altri continenti.
Alziamoci e combattiamo per la nostra libertà, niente di più niente di meno.

Ai migranti a Ventimiglia, a Roma, Milano, Parigi, Calais: tiriamo fuori la nostra forza!»

E così la vita di tutti i giorni passa nei continui alti e bassi, nel tentativo di dare una prospettiva ad un percorso complesso e al contempo nuovo per tutti. Si creano attività da svolgere insieme: corsi di nuoto, corsi di lingua, pulizia degli scogli. Per i prossimi giorni c’è la voglia di fare maggiore informazione in stazione. Nel frattempo alcuni ripassano i trattati internazionali, per capire come rispondere alle richieste di informazioni, per capire dove e come si possono fare le richieste d’asilo, chi le può fare, quali sono i diritti che dovrebbero essere garantiti. Per capire se ci sono dei buchi legali e munirsi di altri strumenti per superare l’empasse della situazione politica.

4. Trattati (come bestie)

Fare ordine nella questione legale è molto complesso e spesso sembra inutile. Tuttavia vale la pena però ritornarci un attimo, tanto più che per i giorni 18 e 19 luglio sono previsti, sugli scogli di Ventimiglia, dei momenti di dialogo con dei legali proprio sull’aspetto giuridico della questione. Ci sono diversi articoli online che hanno trattato l’argomento, riflettendo sul caso di Ventimiglia. Uno dei migliori articoli è apparso su Lettera 43.

Sulla vicenda pesa tutta una serie di trattati e accordi che si incastrano tra loro.
Il primo è quello di Schengen che comporta l’abolizione dei controlli sistematici sulle persone. Si tratta di una delle pietre fondanti dell’attuale Unione Europea sebbene oggi sembra scricchiolare pesantemente: si sospende e riattiva, si aggira o si ignora, si deroga nella pratica o attraverso altri regolamenti. E’ così che Schengen diventa una sorta di accordo-zanzara che è lecito spiaccicare sul muro alla prima occasione. L’ultima volta in occasione del G7 di inizio giugno, che comporta una sua sospensione fino al giorno 15 dello stesso mese.

Per la regolamentazione delle persone proveniente da paesi terzi (extra-europei) si deve quindi fare riferimento al regolamento di Dublino dove si prevede che la richiesta d’asilo debba essere fatta nel paese dell’Unione Europa in cui la persona ha fatto ingresso. Questo fa sì che la maggior parte della pressione dei flussi migratori ricada sui paesi del Sud del continente e quindi, Attenzione!, non hanno tutti i torti i politici italiani quando dicono che l’Europa deve fare di più e l’Italia – come anche la Grecia e la Spagna – non si può sobbarcare completamente l’onere dell’accoglienza dei flussi migratori. Certo, negli interventi che sentiamo e che leggiamo c’è un sottotesto di vittimismo, laddove non del vero e proprio razzismo. E ricordiamo che il nostro ruolo in Europa lo ha ben rappresentato Renzi nei giorni precedenti al referendum greco: quello dei leccapiedi.

La situazione ha però un risolto pratico decisivo: a dispetto delle sparate a caso di Salvini, in stazione nessuno si rifiuta di dare le impronte digitali, semplicemente perché (ad eccezione di pochi casi) non gli vengono richieste, sebbene a causa degli accordi di Dublino la richiesta d’asilo dovrebbe essere fatta in Italia, cosa che le istituzioni italiane vogliono evitare il più possibile. E’ così che si crea quella situazione di stallo che dura da più di un mese.

Manifestazione dei migranti e solidali davanti la frontiera italo-francese a Ventimiglia. 12 luglio 2015. Clicca per ingrandire.

Esiste poi un altro accordo che riguarda i respingimenti: l’accordo bilaterale tra Francia e Italia, siglato a Chambery (1997) che rende effettivamente relativo Schengen, per le persone non dotate di passaporto europeo, e che prevede la “restituzione” dei migranti irregolari all’Italia. Sulla base di questo accordo, in effetti, la Francia sembra avere le carte in regola per attuare i respingimenti, ma è da segnalare la mancanza di iniziativa del governo italiano per rivedere i trattati. Il punto, infatti, non risulta esser stato oggetto di discussione al Vertice UE di fine giugno.

Ai regolamenti si aggiunge un articolo del codice di procedura penale francese che riguarda il controllo delle frontiere. Nell’articolo 78-2, dove si legge che

«in una zona compresa tra la frontiera terrestre della Francia con gli Stati contraenti della convenzione firmata a Schengen il 19 giugno 1990 ed una linea tracciata a 20 km dalla stessa […] l’identità di ogni persona possa anche essere controllata […] al fine di verificare il rispetto degli obblighi di legge di detenere, portare ed esibire titoli e documenti».

Tuttavia i controlli vengono fatti anche ben oltre la distanza dei 20 chilometri. Alcune delle persone rimandate in Italia hanno infatto dichiarato di essere state individuate a Marsiglia, a Cannes, o addirittura a Parigi!, e la stazione di Nizza dei treni è costantemente posta sotto controllo.
In un garbuglio così colmo di discrezionalità devono esserci delle zone grigie per forzare il diritto.

5. We’re not going back

Indietro non si torna da una situazione del genere, prima di tutto perché quella che nei primi giorni sembrava un’emergenza ora dura da più di un mese. Inoltre non è la prima volta che si verifica una situazione del genere e ciò fa pensare che, anche qualora questa situazione dovesse sbloccarsi (non si sa come), episodi simili possano ripetersi con estrema facilità. Più che essere di fronte a un’emergenza siamo di fronte a un dato di fatto: ci sono fenomeni di migrazione che non possono essere bloccati e che mettono in imbarazzo tutte le istituzioni, dal piccolo comune fino alle Unione Europea.

In questo contesto lavorare sul “caso Ventimiglia”, così come su altre situazioni simili, vuol dire assumere uno sguardo transnazionale e questa, prima ancora che una prospettiva politica, è una necessità maledettamente materiale: ignorare cosa succede nella nazione accanto siginifica agire quasi alla cieca.

E tuttavia Ventimiglia non è una bolla e non va considerata come tale, ma semmai è il punto di ricaduta di una serie di tensioni che sono palpabili in tutte le città. Non è un caso che il problema sia esploso quasi in contemporanea con situazioni analoghe a Roma e Milano. Il tutto mentre l’Europa vive uno stato di agitazione e conflitto istituzionale che potrebbe portare alla sua stessa dissoluzione.

Eppure, per molti, Ventimiglia è stata ed è una bolla, un luogo staccato dal resto del mondo in cui entrare e non percepire più gli input esterni, in cui concentrare le proprie riflessioni e la propria voglia di fare. Un luogo da cui è difficile staccarsi anche quando si riesce a farlo materialmente. Un’occasione che permette di liberare energie ed idee.

La strada è lunga e nessuno sembra avere voglia di tornare indietro.

6. The Ballad of the Ancient Mariner

L’articolo sarebbe finito. Tutta la razionalità che c’è in questa situazione è stata dissolta nei paragrafi precedenti. Tuttavia manca la voce di chi è protagonista di quegli scogli.

Alcuni di loro sono stati intervistati dalle televisioni, un paio di minuti per catturare uno slogan e una storia che finisce in un qualche sito o direttamente nel mucchio. Anche con le migliori intenzioni è difficile rendere speciali delle storie che in realtà abbiamo già sentito e letto decine di volte, simili a tante altre. Una ripetizione che rischia di anestetizzare. Eppure, vale la pena tentare lo stesso.

12 luglio. Ci si prepara ad un’azione dimostrativa da fare di fronte alla frontiera. Clicca per ingrandire.

Ce la raccontano così, sguardo fisso e nessuna emozione nella voce.

Molti di loro vengono da zone di guerra, in particolare dal Darfur, regione del Sudan: «I decided to come to Europe because war is in my country since 2003». Non sono pochi quelli che parlano inglese, soprattutto nei primi giorni e a detta di alcune persone di Ventimiglia questo è uno dei gruppi giunti in città negli ultimi anni in cui il livello di cultura è più alto.

Alcuni sono stati in galera in Libia senza aver commesso alcun reato. Molti sono stati derubati, denudati e perquisiti, minacciati di morte da chi prometteva trasporto e protezione. I racconti sulla Libia contengono dei ritornelli, uno su tutti: «they kill you if you say something». Costretti a vivere per strada decidono di imbarcarsi, ma la barca con cui si attraversa il Mediterraneo è una trappola, un rottame riempito oltre ogni limite, ma una volta che si è fatta la scelta non si può più tornare indietro. «Started a fire in the boat. But the person that was driving was very good and fix it». E poi l’arrivo di un elicottero. «If they late 5 minutes we’ll pass away».

In Italia tutto diventa confuso: forse nel racconto ci sono delle bugie, forse delle mezze verità o delle amnesie, alcuni passaggi saltano completamente. Di certo capiamo che chi arriva non ha alcuna nozione geografica dei luoghi che ha attraversato. Lampedusa? Sicilia? Un’altra isola? Forse Sicilia, in un CARA e poi in qualche modo fino a Milano e poi fino a Ventimiglia in quello che viene chiamato un “taxi”, che di certo non è un taxi come lo intendiamo noi. A Ventimiglia si prova a passare la frontiera, una, due, tre volte ma si viene bloccati dalla polizia francese «they bring me to Italy and told me “this is Italy”». Eppure nelle loro intenzioni non c’è la volontà di rimanere in Francia, «Simply we want to pass, France does not give asylum, it is not a problem». La polizia italiana non è migliore di quella francese, da qui la decisione di correre sugli scogli e la minaccia di suicidio: «Police force us to go. So the people started run to the sea. We decide to say “If you come, we die”».
E’ una delusione per chi aveva riposto le sue speranze nell’Europa «this is no different. Yes, no one kills you. But it’s the same».
Nella storia ci sono dei buchi, è evidente, cose che non si possono raccontare e cose che non si vogliono raccontare.
– Vuoi aggiungere qualcosa?
– No, I just want to tell you part of my tragedy.
I vuoti rimangono, non solo per noi, ma anche per le famiglie che è da molto che non ricevono notizie: «I don’t want to call. If I phone I start crying».

Il racconto finisce. Forse siamo anestetizzati anche noi, nessuna commozione. Siamo perplessi e forse siamo diventati formali come quei reporter che arrivano con l’intenzione di farsi raccontare una storia da infilare in un articolo e ripartono subito dopo. Ma la storia dell’ultimo mese è anche una storia di relazioni, oltre che di parole:
– Cosa pensi della gente venuta al presidio?
– Hope to meet you again.

______

Per mantenersi aggiornati sul presidio consigliamo di seguire:

Presidio permanente No Borders 
ZIC
Rete Eat The Rich

https://blogs.mediapart.fr/blog/mediapart13/160815/we-are-strong-if-you-are-here-un-mois-de-presidio-ventimiglia

“We are strong if you are here”: un mois de « presidio » à #Ventimiglia

 

[Des rochers sur la frontière nord-ouest à ceux de la frontière nord-est. De Trieste à Ventimiglia, deux histoires de migration, fantômes et racisme. Mais dans ce cas, aussi de lutte et de solidarité. Profitez de la lecture. WM]

Texte de plv, photo de Michele Lapini.
Article original en italien: http://www.wumingfoundation.com/giap/?p=21962
Traduction: Camilla

(Merci à Diletta, Francesca, Gionna et Ste pour la collaboration)

Cet article était d’abord pensé pour “percer” l’information: après la présence massive des médiaspour documenter la situation, personne n'a plus été intéressé par ce qui se passait à Vintimille. Toutefois, un mois après le début du bloquage de la frontière français, les medias sont revenus et les articles ont commencé à réapparaître. Il n’y a donc plus un écran à percer, mais plutôt une contre-histoire à reconstruire, même si ce n'est pas facile: même si celui qui écrit peut s’engager, la couleur de sa peau reste inexorablement blanche. Raconter une contre-histoire ne peut donc valoir que jusqu’à un certain point, même si on essayera d’aller jusqu’au bout. Pourtant, si un article a un sens, en ce moment, sur ce blog, c'est principalement parce que nous pouvons réfléchir sur «ce qu’il faut faire » dans une situation qui est entièrement fluide et en constante évolution. Donc, si quelqu'un a des idées, des opinions ou autre, c'est une bonne occasion de s'exprimer. Au contraire, si tuveuxhurler trop vite, fais-le seulement après avoir lu cet article. (http://www.dolcevitaonline.it/immigrazione-rifugiati-5-cose-da-sapere-prima-di-aprire-la-bocca/)

  1. Dans la direction obstinée et contraire

Le 12 Juin, un grand groupe de migrants, principalement du Soudan, mais aussi de l'Érythrée, est bloqué par la police française, lorsqu’il essaie de passer de Vintimille à Menton, pour franchir la frontière entre l'Italie et la France. En fait, plusieurs d'entre eux ont déjà fait des tentatives les jours précédents, mais ils ont été rapidement rejetés et renvoyés à la frontière italienne. Les premières images de la manifestation (http://www.ilsecoloxix.it/p/imperia/2015/06/12/ARdpSblE-ventimiglia_migranti_ingressi.shtml ) montrent les migrants à la frontière répéter obsessionnellement des slogans qui se réfèrent aux droits humains et à leur volonté de franchir la frontière. Dans la première période, nous assistons àce rituel à plusieurs reprises et il se répète le 12 Juillet, un mois après le premier bloquage.

Au début de Juin, la situation est tendue dans d'autres parties de l'Italie aussi, en particulier dans les gares de Rome et Milan. La raison en est officiellement la suspension temporaire de Schengen, décidée durant le G7 qui a eu lieu en Allemagne entre le 6 et le 8 Juin. Il s’agit donc d'une situation largement attendue, car l'événement a été prévu depuis des mois, alors que du sud au nord de l’Italie on retrouve une situation d'urgence qui plus que soudaine semble être étudiée théoriquement, d'autant plus que les chiffres de cette vague correspondent au flux habituel (http://www.internazionale.it/reportage/2015/07/13/ventimiglia-migranti-un-mese). Un mécanisme qui active la rhétorique habituelle de l'invasion lorsque au contraire le principal problème semble plutôt celui-là de l'évasion (http://www.repubblica.it/cronaca/2014/10/07/news/migrantes_pi_partenze_che_arrivi-97541785/).

Les migrants restent bloqués sur la route pendant quelques jours, sont « un scandale », « une blessure ouverte dans le cœur de l’Europe », déclarent les politiciens italiens, choqués par la fermeture de la France. Sur le site du «presidio» la police italienne est envoyée pour «résoudre» la situation, c’est-à-dire pour déloger les migrants et les envoyer à la gare, où des chambres avec lits ont été misesen place et où le centre de la Croix Rouge s’installe, avec un terrain pour accueillir les gens qui n'ont pas de place à l'intérieur de la gare. Personne ne sait quel est le destin des migrants qui sont amenés à la gare et il est bon de dire dès le début que, à ce jour, on ne sait pas quel est le plan prévu pour eux. Certains migrants sont alors emportés à bout de bras tandis qu’ils opposent une résistance passive mais déterminée (si bien que deux d'entre eux subissent un arrêt pour "résistance à la police"). La police au contraire va bien au-delà de la limite: avec une froideur chirurgicale la police traîne les garçons, en leur mettant les mains dans le visage, en leur empêchant de crier, en poussant les garçons comme s’ils étaientdes sacs vides à entasser dans un entrepôt: un spectacle obscène qui semble être créé pour être vu par ceux qui attendent une réponse ferme du gouvernement de Renzi et par ceux qui nourrissent le racisme. Face à cette situation, de nombreux jeunes fuient vers les rochers et menacent de sauter dans la mer si la police insiste dans son opération. Avec eux, il y a un petit groupe d'agriculteurs de la région, venus sur place immédiatement après avoir entendu les nouvelles à la radio: un mois après ce fait, on peut dire que leur aide immédiates'est révélée décisive.

Front de mer de Vintimille.

Peu de temps après un autre groupe de solidarité, à qui un blocus de la police empêche d'arriver dans la région, arrive sur la zone et crée ce qui sera (et est toujours) la « garnison permanente » (« il presidio permanente ») No Borders Ventimiglia. Une manifestation est lancée et le 20 de Juin une manifestation pacifique de personnes, en provenance de Ventimille et d’autres parties d’Italie, défile dans les rues de la ville en criant « No Borders ».

Après l'événement, rien n'a changé: les migrants sur les rochers sont encore sur les rochers, et les militants du presidio restent sur le presidio, ceux venus du dehors retournent dans leur villes respectives. Les médias intéressés par l'histoire diminuent, disparaissent. Peut-être parce qu'àBologne en été, la chaleur est insupportable. Peut-être parce que la fête de l'intellectualité représentée par la Reunion (http://corrieredibologna.corriere.it/bologna/notizie/cronaca/2015/19-giugno-2015/sogno-dionigi-arriva-piazza-eco-cacciari-accendono-reunion-2301542328966.shtml) a été plus insupportable que la chaleur. Peut-être parce qu’il y a beaucoup de gens qui ont un travail auquel ils cherchent seulement une bonne raison de fuir. Peut-être parce qu'il y a une volonté de s’engager. Le fait est qu’un groupe de personnes qui vivent à Bologne prépare une initiative en soutien à Vintimille. L’idée ne vient pas d'une réalité historique de la ville, mais du réseau Eat the Rich (dont Giap a déjà traitéhttp://www.wumingfoundation.com/giap/?p=21432), qui avec le soutien de CampiAperti, promeut l'idée d'une course de relais pour Ventimiglia. Voilà comment depuis mardi 23 nous partons pour apporter une cuisine populaire et, dans la précarité de la situation, pour essayer de faire une communauté avec les migrants. Petit à petit, l’initiative se répand et entraîne des gens qui vont bien au-delà du groupe de la cantine populaire. Sur le flyer on voit une course de relais partisane.

Si le groupe de relais de Bologne est extrêmement grand, les activistes et les militants viennent aussi d'autres villes de la Ligurie, de Milan, de Massa, de Turin, de la région des Marche, de la Sicile. Et de France. Et voilà qu'à Vintimille, le long d'un bras de mer d'une centaine de mètres, on commence à parler une poignée de langues différentes.

2. 20miles

Peut-être qu’on n’est pas dans le centre de toutes les contradictions du monde comme Zerocalcare à Kobane, mais nous sommes très proches.

Les migrants montent un campement tout près de la frontière et à quelques dizaines de mètres d'un complexe hôtelier de luxe avec un restaurant adjacent: dans le menu affiché à l'extérieur on peut lire que le prix pour une entrée peut arriver à 45 € et pour un café froid avec noisettes 15.

Les plages sont superbes, la mer est limpide et non loin de là c’est possible de profiter d'une plage unique qui a plus de caméras de surveillance que de parasols : c’est une zone de tourisme, essentiellement riche, où le décalage entre la bonne vie de ceux qui visitent la région pour les vacances et la pauvreté de tous les migrants regroupés sur les rochers peut effectivement causer un rire hystérique.

Photo volée à un militant du « presidio »

Malgré les plaintes de certains la zone est en réalité séparée de la ville, tant et si bien que, paradoxalement, le centre habité le plus proche est Menton, la ville française immédiatement au-delà de la frontière. Le problème est que tu vas à Menton seulement si tu es blanc. Il serait préférable de dire que « tu y vas seulement si tu es européen », mais les faitsindiquent que si tu es un visage pâle personne ne te demande aucun document.

Au cours d'un mois, les gens de la garnison ont été en mesure de résoudre certaines difficultés que les institutions se sont gardées d’affronter : grâce à un panneau solaire les garçons sur les rochers peuvent charger leurs téléphones cellulaires, le trésor plus précieux qu'ils apportent avec eux, la seule façon de rester en contact avec leurs familles. Des douches ont été montées et quelques semaines après une toilette entièrement fonctionnelle a été installée. Par les habitants de Vintimille et parles militants qui passent au presidio arrivent des vêtements et de la nourriture. Beaucoup se demandent ce qu'ils peuvent apporter pour aider le presidio: serviettes, matelas et téléphones.

La situation évolue, elle est en changement continu: d'après tout le monde, un matin équivaut à 5 jours, à cause du stress, des sautes d'humeur, et le nombre de dons à stocker et à organiser. Dès le premier jour, a été adoptée une politique de soutien complet aux revendications des migrants: ce ne seront pas aux Européens à leur imposer une ligne, une proposition politique ou même seulement des mots de passent, ils auront eux-mêmes à choisir et nous nous mettrons à leur disponibilité. Une approche qui néanmoins montre sa problématique au cours du temps : si dans un premier moment un groupe de migrants est uni en menant une lutte politique sur l'abolition des frontières, petit à petit l’unité se fragmente et "se rendre disponibles pour la lutte migrants" devient de plus en plus complexe et contraint d'improviser, d'autant plus que, pendant que les jours passent, il devient de plus en plus clair que la seule action de les institutions est d'agir en bloquant l'arrivée de nouveaux migrants sur les rochers. En outre, le maire de Vintimille, Enrico Ioculano (parti PD), a récemment publié une ordonnance contre ceux qui, "pour le simple esprit de solidarité", se sont consacrés à la «fourniture» de la nourriture « en faveur de ces réfugiés".

Pendant ce temps, la situation mondiale change aussi.

Le scandale journalistique des premiers jours s'assoupit aussi en raison de la promesse qui dans ces dernières années a été utilisé à plusieurs reprises :"tout sera résolu au sommet de l'UE", qui est prévu pour le 25 et 26 Juin. Pendant ce temps, le maire de Menton décide quand même que la frontière restera fermée (http://www.ilsecoloxix.it/p/imperia/2015/06/13/ARIiKMmE-ventimiglia_bloccato_confine.shtml), en contournanttoute décision de ses supérieurs. Il faut dire, aussi pour avoir une idée des difficultés que les migrants subissent, que le sud de la France est l'un des domaines où le Front national obtient le plus de soutien.

Le 26 Juin l’attaque de Sousse a lieu et dans les premières heures on pense que Yassin Salhi, l’imposteur qui a assassiné son employeur près de Lyon, appartient à une cellule d'ISIS. Une situation très complexe, en bref, rendue encore plus lourde par le fait que, ces jours ci, l'UE a promis de faire entendre sa voix avec le gouvernement Syriza de Grèce, qui quelques heures après le sommet annonce le référendum. Le climat de discussion au sommet de l'UE sur la migration est parfaitement résumé dans une phrase dans un article de la Repubblica (http://www.repubblica.it/esteri/2015/06/26/news/vertice_ue_sui_migranti-117716562/) où nous lisons: «Avec le débat à propos de la Grèce, le dossier sur l'immigration est limité à quelques heures et est traité par les dirigeants après le dîner ».

Entre l’entrée et le dessert (le même article aborde la discussion en suivant la succession de plats) un débat semble effectivement avoir lieu, mais le résultat est un simple renvoi à après l'été pour la redistribution des migrants dans les Etats du territoire européen qui sera développé dans les deux ans. Renzi est déçu, mais accepte l'accord final : dans les jours précédentes il avait planifié un plan B, meme s’il n’est pas possible de savoir de quoi il s’agissait.

La situation à Ventimille évolue ou au moins elle évolue sur les rochers : après la déception causée par l'échec du sommet de l'UE, le groupe qui était d'abord extrêmement compact et avait donné lieu à des réunions intenses («Nous ne partirons pas tant qu'ils ne feront disparaître les frontières » était une phrase plutôt récurrente) commence à se désagréger. Beaucoup partent en petits groupes ou seuls en essayant de traverser la frontière. Dans les soirées, fini les réunions entre européens et non-européens, certains gars disparaissent avec le sac-à-dos pour nepas revenir. Et pourtant, ce qui semble d'abord un recul par rapport aux demandes initiales, montre la nécessité d'un changement de stratégie, pour les migrants et pour les militants, qui se chargent de récupérer des informations, notamment sur les procédures de demandes d'asile.

A la gare de Ventimille. Cliquez pour agrandir.

Il y a qu’un endroit où ne change rien: la gare de Vintimille. qui n'est ni un camp de concentration ni une prison et, en fait, tout le monde peut aller et venir quand ils veulent (à condition que ne s’agisse pas d'aller aupresidio sur les rochers). Cependant à la gare de Vintimille s’est effectivement créé un lieu de contrôle parla création d'un milieu complètement asepti où les gens sont absolument passifs, en attendant que quelqu'un décide pour eux. Une situation qui, soulignent certains opérateurs qui ont afflué à la garnison, est similaire à celle des centres de deuxième accueil. Ceux qui parviennent à entrer à la gare de Vintimille se font littéralement agresser par des groupes de personnes qui demandent des renseignements. Un garçon nous dit que ils ont lui pris seulement une empreinte digitale et demande si cela est suffisant pour demander l'asile. Un autre dit que ses empreintes digitales ont été prises à Vintimille et demande si maintenant il peut demander l'asile en France (la réponse est non). En ce qui concerne les droits des mineurs aucune information n'est donnée. Quelqu'un du presidio sait l’amharique et il est submergé par les Ethiopiens présents qui posent toute sorte de question.

Bien sûr, la plupart des gens ici ont un lit. Bien sûr, ils sont nourris et soignés par la Croix-Rouge italienne. Bien sûr, les conditions de vie permettent la présence des femmes et des enfants. Cependant, les 200 personnes qui y vivent sont contraints à une situation de passivité absolue, coupés de toute prise de décision qui puisse les affecter.

Peu de nouvelles de qui est parti. Beaucoup sont obligés de revenir après les contrôles de la gendarmerie française. Et c’est n’est pas le seul scandale : dans un conteneur au-delà de la frontière, nous trouvons une famille de Syriens, qui voyageaient dans un train français avec billet régulier et passeport régulier : gardée là-dedans pendant des heures ils sont libérés et renvoyés à Vintimille. Le billet est réquisitionné et avec lui l’argent pour en acheter un autre. Même destin pour les autres qui restent enfermés pendant quatre heures, sans raison apparente, avant d'être libérés.

Parmi ceux qui sont partis quelqu'un retourne à Vintimille, en choisissant bien cette bande de rochers comme un refuge. Et voilà qu’on comprend que la seule étape acceptable pour ceux qui veulent repartir mais qui n'ont pas un endroit pour retrouver le souffle, pour ceux qui ne veulent pas « revenir », sontces rochers durs et sales tout près de la frontière, où pour la première fois il y a la possibilité d'exprimer ce qu’ils pensent.

3. Can anybody translate ?

C’est la question classique qu’on fait dans ces moments où nous nous rencontrons, quand il n’y a pas une langue commune et qu'on parle à la fois italien, anglais, français, arabe et autres dialectes. Toutes les interventions doivent être traduites et ce n’est pas toujours possible. Dans les moments de bavardage beaucoup parlent sans vraiment comprendre, mais l'histoire du presidio est aussi une histoire de relations outre les mots : ils parlent sans se comprendre, et pourtant ils s’entendent. Ça peut sembler hippie, mais c’est ainsi.

Dans les premiers jours, la langue est celle des 184 Africains qu’occupent les rochers et qui appellent à l'abolition de toutes les frontières. Ensuite, les choses changent, des assemblées mixtes, complexes se forment. Le groupe des soutiens est très hétérogène, celui de migrants aussi et a ses dynamiques: à qui se référer pour la prise de décisions? A ceux qui sont reconnus comme des leaders? Peut-être, mais cela ne fonctionne pas: le stress est aussi fort pour les membres plus charismatiques du groupe, en partie parce que leurs noms terminent dans les journaux et les divers journalistes rivalisent pour connaître leurs histoires. En outre, après l'échec du sommet de l'UE, la nervosité est grande. On essaie donc avec difficulté de parler ensemble, d'avoir la patience pour comprendre. Les militants de la garnison tentent de fournir des informations fiables et non contradictoires. Mais, dans certains cas, cela semble particulièrement complexe et l'impression est que toute opinion ou prise de position aura une influence décisive sur la vie des gens devant nous. Il y a des questions auxquelles il est difficile de répondre:

« Pensez-vous qu'il est logique que nous restions sur les rochers? »

Sinon on est obligé de donner des informations qui pèsent comme des rochers:

"Nous avons décidé que nous allons rester sur les rochers jusqu'au sommet de l'Union Européenne."

En fait, le sommet n'a pas donné des résultats.

Quelqu'un veut passer à travers le Brennero, mais on lui explique de ne pas se faire des illusions sur celle qui est appelée la Lampedusa de les Alpes (https://euobserver.com/beyond-brussels/128919).

« On veut arriver à Londres, il faut qu’on arrive à Calais »

Mais Calais est une des frontières les plus violentes d’Europe (https://www.youtube.com/watch?v=_edkvsdzZt0 ) et précisément dans la dernière période le site a vu de nombreux affrontements avec la police (http://www.internazionale.it/video/2015/05/13/la-violenza-della-polizia-contro-i-migranti-a-calais).

« Es-que vous connaissez des chemins ? »

Les chemins pour traverser la frontière sont connus par tous et surtout ils sont particulièrement dangereux(http://www.liguriaoggi.it/2015/06/17/ventimiglia-trovati-migranti-morti-lungo-ferrovia-francese/). C’est une question qui ne les touche pas: ils ont traversé le désert, la Méditerranée, ont été emprisonnés et battus en Libye (grâce à des accords entre l'Italie et la Libye (http://www.meltingpot.org/Immigrazione-Amnesty-Tra-Italia-e-Libia-patto-segreto-per.html#VaTazKFpmPc%29), certains d'entre eux ont été menacés à plusieurs reprises de mort). Le concept de «danger» dans le cadre européenest nécessairement différent. Il y a donc une question qui s’insinue à plusieurs reprises dans les têtes de ceux qui restent au presidio: est-que nous sommes utiles pour ces garçons ou simplement nous leur rendons les choses plus compliquées?

«We are strong if you are here» disent certains migrants.

Une des réunions du soir, dans le fond, la ville de Menton.

Peut-être que la police comprend la question mieux que d'autres, de sorte qu'elle agit dans le but exprès de briser les énergies de ceux qui résistent: l'un des derniers jours de Juin, la police impose l'évacuation du trottoir qui longe les rochers, où il y a certaines tentes et où un petit nombre de migrants dort la nuit. La police ordonne aussi de déplacer la tente qui avait été mis à l'ombre pour mieux préserver la nourriture.

Mais certaines choses sont claires: aucun ou presque des migrants ne veut rester en France, ce qui rend encore plus absurde la question, étant donnéque le problème semble être le fait que la France ne veut pas d'eux. Ils ont peut-être besoin de peu, très peu pour les aider à traverser la frontière, mais toute tentative tomberait dans le crime de "complicité avec l’immigration clandestine " :

« Un événement, avec des dizaines et des dizaines de voitures qui eux emportent au-delà de la frontière »

« Non, mieux peu à peu »

« Proposons leur à eux ! »

« Ne promettons pas des choses au hasard: d'abord demandons à un avocat »

En réalité, le problème n’est pas juridique mais politique : une action si puissante de désobéissance civile aurait besoin d'un puissant réseau capable de fournir un soutien qui actuellement n’a pas encore été construit.

Que peut-on faire, alors? La question reste ouverte et à l'horizon des solutions faciles n’apparaissent pas. Ce qui est certain c'est que le presidio donne aux migrants la possibilité de s’exprimer et de participer activement à un parcours collectif. Pour beaucoup, la cuisine devient une occasion de socialité, il ne s’agit pas seulement de fournir les repas, mais, de plus en plus, de cuisiner ensemble, de décider quoi manger, d’impliquer les producteurs locaux et le réseau Genuino Clandestino, en essayant de rendre aux migrants ce peu d'autonomie, dont ils ont été privés. Même à la fin de Juin une fête dans laquelle les rôles sont inversés est mise en place : ce sont eux qui font la nourriture pour nous, les Européens, et le résultat est spectaculaire : «You are welcome» nous disent-ils en offrant une assiette de chorba.

« Good ? »

«ça brûle un peu »

Dans la dernière période, parmi les migrants, est développée une prise de conscience qui les conduit à écrire aussi leur premier communiqué: (https://collettivoharlock.wordpress.com/2015/07/12/presidio-noborders-ventimiglia-movimento-solidarieta-resistenza/)

« To all the migrants in Europe, stay strong and demand for your rights as refugees cause we are all suffering , starving and sleeping in the streets.
European Union sees that and the world sees that too.
So, please stand up for us and be one person , to demand our rights and freedom.
To all the migrants in the world who crossed the deserts, who crossed the seas, who risked their lives, who are putting their lives in danger in order to get to peaceful places like Europe and other continents:
stand up for us and let’s demand for our freedom, not more not less.

To the people in Ventimiglia and the people in Rome, Milan , Paris , Calais : let’s stay strong! »

Et ainsi la vie de tous les jours passe avecdes hauts et des bas, dans une tentative de donner une perspective à un parcours complexe et dans le même temps nouveau pour tous. Des activités à faire ensemble sont créés : des leçons de natation, des cours de langue, le nettoyage des rochers. Pour les prochains jours, il y a le désir de donner plus des renseignements à la gare. Pendant ce temps, certains révisent les traités internationaux, afin de déterminer comment répondre aux demandes de renseignements, pour savoir où et comment c’est possible de faire des demandes d'asile, quels sont les droits qui doivent être garantis. Pour voir s’il y a des vides juridiqueset pour obtenir d'autres instruments juridiques pour surmonter l'impasse de la situation politique.

4. Traités (comme des bêtes)

Aborder la question juridique est très complexe et semble souvent inutile. Toutefois, il est convenude revenir pour un moment, les 18 et 19 juillet, sur les rochers de Vintimille, pour des moments de dialogue avec les avocats seulement sur la question juridique. Il y a plusieurs articles en ligne qui ont traité le sujet, en faisant une réflexion sur le cas de Vintimille. Un des meilleurs articles est apparu sur Lettera 43. (http://www.lettera43.it/capire-notizie/migranti-l-accordo-di-chambery-da-ragione-a-parigi_43675174905.htm)

Sur la question pèse un certain nombre de traités et d’accords qui s’encastrent entre eux. Le premier est celui de Schengen qui comporte la suppression des contrôles systématiques sur les personnes. Il s’agit d'une des pierres angulaires de l'Union Européenne, bien qu’aujourd'hui il semble si fortement craquer: il est suspendu et repris, il est ignoré, il est dérogé dans la pratique ou par d'autres règlements. Et c’est ainsi que Schengen devient une sorte de accord-moustique qu'il est licite d'écraser sur le mur à la première occasion. La dernière fois, à l'occasion du G7 au début de Juin, il est décidé une suspension jusqu'au 15 juin.

Pour la régulation de personnes en provenance de pays tiers (hors UE) on doit alors se référer au règlement de Dublin, où il est prévu que la demande d'asile doit être faite dans le pays de l'Union Européenne dans lequel la personne est entrée. Cela signifie que la plupart de la pression migratoire tombe sur les pays du sud du continent, puis, attention !, les politiciens italiens n'ont pas tort quand ils disent que l'Europe doit faire plus, et l'Italie, ainsi que la Grèce et l'Espagne, ne peut pas absorber entièrement le fardeau de l'accueil des flux migratoires. Bien sûr, dans les discours que nous entendons et lisons il y a un sous-texte de victimisation, où pas de véritable racisme. Et rappelons-nous que notre rôle en Europe a été clairement montré par Renzi dans les jours précédents le référendum grec: celui de lécheur.

La situation, cependant, a une résolution pratique décisive : malgré les blagues au hasard de Salvini, à la gare personne ne refuse de donner les empreintes digitales, tout simplement parce que (à l'exception de quelques cas) elles ne sont pas demandées, même si en raison des accords de Dublin la demande d'asile doit être fabriqué en Italie, chose que les institutions italiennes veulent éviter autant que possible. C’est ainsi qu’est née la situation d'impasse qui dure depuis un mois.

Manifestation de migrants et de soutiens devant la frontière française-italienne de Vintimille. 12/06/15

Il y a aussi un autre accord concernant les rejets: l'accord bilatéral entre la France et l'Italie, signé à Chambéry (1997) qui rend effectivement relatif Schengen, pour les personnes qui ne disposent pas d'un passeport européen, et qui prévoit le «retour» des migrants illégaux en Italie. Sur la base de cet accord, en fait, la France semble avoir ce qu'il faut pour mettre en œuvre les rejets, mais il est intéressant de noter le manque d'initiative du gouvernement italien de réviser les traités. Le point, en fait, ne semble pas avoir été discuté lors du sommet de l'UE à la fin de Juin.

Aux règlements il faut ajouter un article du Code de procédure pénale français en matière de contrôle des frontières. Dans l'article 78-2, est possible de lire :

« Dans une zone comprise entre la frontière terrestre de la France avec les Etats parties à la convention signée à Schengen le 19 juin 1990, existe une ligne tracée à 20 kilomètres en deçà […] l'identité de toute personne peut également être contrôlée […]en vue de vérifier le respect des obligations de détention, de port et de présentation des titres et documents prévues par la loi. »

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000024413680&cidTexte=LEGITEXT000006071154

Cependant, les contrôles sont effectués bien après la distance de 20 kilomètres. Certaines personnes qui ont été renvoyés vers l'Italie ont en fait déclaré qu'ils ont été identifiés à Marseille, à Cannes, ou même à Paris!, et la gare de Nice est constamment mise sous contrôle.

Dans un enchevêtrement si empli d'arbitraire, il doit y avoir des zones grises pour forcer la loi.

5. We’re not going back

Pas de retour en arrière d'une telle situation, d'abord parce que celle, qui dans les premiers jours semblait une situation d'urgence, dure maintenant depuis plus d'un mois. En outre, c’est pas la première fois qu’il y a une telle situation( http://www.corriere.it/cronache/11_aprile_16/immigrati-documenti-ventimiglia_4c330ff8-680b-11e0-af60-fa6008356b52.shtml ) et cela suggère que, même si cette situation se débloquera (on ne sait pas comment), des incidents similaires pourraient se produire à nouveau très facilement. Plutôt que faire face à une situation d'urgence nous sommes confrontés à un fait: il y a des phénomènes de migration qui ne peuvent pas être bloqués et qui mettent dans l’embarras toutes les institutions, de la petite ville jusqu’à l'Union Européenne.

Dans ce contexte, travailler sur le «cas Ventimiglia », ainsi que sur d'autres situations similaires, cela signifie avoir un regard transnational et, avant même un point de vue politique, c'est une nécessité horriblement matérielle : ignorer ce qui se passe dans la nation signifie agir presque aveuglément.

Et pourtant Vintimille n’est pas une bulle, et ne doit pas être considérée comme telle, mais plutôt le point de rechute d'une série de tensions qui sont palpables dans toutes les villes. Il n’est pas un hasard que le problème a explosé presque simultanément avec des situations similaires à Rome et à Milan. Tout cela tandis que l'Europe connaît un état d'agitation et de conflit institutionnel qui pourrait conduire à sa propre dissolution.

Pourtant, pour beaucoup, Ventimiglia a été et est une bulle, un lieu détaché du reste du monde dans lequel entrer et ne pas sentir les effet externes, dans lequel concentrer ses propres pensées et sa propre volonté de faire. Un endroit d’où il est difficile de se détacher, même lorsque on arrive à le faire matériellement. Une opportunité qui permet de libérer les énergies et les idées.

La route est longue et personne ne semble avoir envie de retourner en arrière.

5. The Ballad of the Ancient Mariner

L'article serait fini. Toute rationalité qu’il y a dans cette situation a été dissousdans les paragraphes ci-dessus. Toutefois, la voix de celui qui est le protagoniste de ces roches manque.

Certains d'entre eux ont été interviewés à la télévision, quelques minutes pour attraper un slogan et une histoire qui termine dans un site web ou directement dans le tas. Même avec les meilleures intentions, il est difficile de rendre spéciales des histoires qu'en réalité nous avons déjà entendu et lu des dizaines de fois, semblables à beaucoup d'autres. Une répétition qui menace d'anesthésier. Et pourtant, cela vaut la peine d’essayer quand même.

12 juillet. Nous nous apprêtons à faire une action démonstrative en face de la frontière.

Ils nous le racontent ainsi, le regard fixe et aucune émotion dans la voix.

Beaucoup d'entre eux viennent des zones de guerre, en particulier du Darfour, région au Soudan: «I decided to come to Europe because war is in my country since 2003». Ceux qui parlent anglais ne sont pas peu, surtout dans les premiers jours et, selon certaines personnes de Vintimille, cela est l'un des groupes arrivés dans la ville au cours des dernières années dont le niveau d'éducation est le plus élevé.

Certains ont été en prison en Libye sans avoir commis aucun crime. Beaucoup ont été volés, déshabillés et fouillés, menacé de mort par ceux qui promettaient du transport et une protection. Les histoires au sujet de la Libye contiennent des chœurs, un pour tous «they kill you if you say something». Obligés de vivre dans la rue, ils décident de s’embarquer, mais le bateau pour traverser la Méditerranée est un piège, une épave remplie au-delà de toute limite, mais une fois que le choix est fait, ce n’est pas possible de revenir en arrière. «Started a fire in the boat. But the person that was driving was very good and fix it». Et après l'arrivée d'un hélicoptère.«If they late 5 minutes we’ll pass away».

En Italie, tout devient confus : peut-être que dans leur l'histoire il y a les mensonges, peut-être des demi-vérités ou l'amnésie, certains passages sautent complètement. Sûrement nous comprenons que celui qui arrive n'a aucune notion des lieux géographiques par lesquels il est passé. Lampedusa? Sicile? Une autre île? Peut-être la Sicile, dans un CARA (Centro Accoglienza Richiedenti Asilo/Centre d'accueil pour demandeurs d'asile) et puis d'unecertainefaçon jusqu’à Milan et puis jusqu’à Vintimille dans ce qu'on appelle un "taxi", qui n’est certainement pas un taxi que nous connaissons. A Vintimille ils essayent de traverser la frontière, une fois, deux fois, trois fois, mais ils sont bloqués par la police française «they bring me to Italy and told me “this is Italy”». Pourtant, dans leurs intentions, il n’y a pas la volonté de rester en France, «Simply we want to pass, France does not give asylum, it is not a problem». La police italienne n’est pas mieux que la Française, d'où la décision de courir sur les rochers et la menace de suicide: «Police force us to go. So the people started run to the sea. We decide to say “If you come, we die”».

C’est une déception pour ceux qui avaient placé leurs espoirs en Europe «this is no different. Yes, no one kills you. But it’s the same».

Dans l'histoire il y a des trous, c'est évident, les choses qu’ils ne peuvent pas raconter et les choses qu’ils ne veulent pas raconter.

« Es-que tu veux ajouter quelque chose? »

« No, I just want to tell you part of my tragedy”

Des lacunes persistent, non seulement pour nous, mais aussi pour les familles qui depuis longs temps ne reçoivent pas de nouvelles : «I don’t want to call. If I phone I start crying».

L'histoire termine. Peut-être que nous aussi sommes anesthésiés, sans émotion. Nous sommes perplexes et peut-être nous sommes devenus formels comme ces journalistes qui viennent avec l'intention de se faire raconter une histoire à mettre dans un article et qui repartent immédiatement après. Mais l'histoire du dernier mois est aussi une histoire de relations, ainsi que des mots:

« Que penses-tu des gens qui sont venus aupresidio? »

Hope to meet you again”

Pour se tenir à jour sur le presidio nous vous conseillons de suivre:

Presidio permanente No Borders 
ZIC
Rete Eat The Rich
https://mars-infos.org/

 
Comment la Ville de Paris organise l’hébergement des migrants PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Mardi, 18 Août 2015 18:12
LE MONDE |17.08.2015 à 11h36 • Mis à jour le17.08.2015 à 15h06

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/08/17/534x0/4727846_6_49cf_un-cours-de-francais-dispense-le-6-aout_ffac05201ea1b59bff4192afcdc01173.jpg

Un cours de français dispensé, le 6 août, aux migrants qui occupent l'ancien lycée Jean-Quarré à Paris.

Bousculée par l’arrivée massive de migrants et l’installation de campements sauvages en pleine rue ou dans des bâtiments squattés, la Ville de Paris organise l’accueil des clandestins. Un premier centre d’accueil « officiel » a ouvert le 29 juillet dans un ancien hôtel rénové du 14e arrondissement, rue Raymond-Losserand. Après deux semaines d’occupation par des migrants, la situation semble également se débloquer au lycée Jean-Quarré (19e arrondissement). « Nous souhaitons transformer ce lycée en centre d’accueil temporaire. Les travaux, minimes, devraient être réalisés en quelques semaines », assure Bruno Julliard, premier adjoint au maire de Paris.

Depuis début juin, plusieurs campements de migrants ont été démantelés dans Paris avant de réapparaître, faute de centres d’accueil en nombre suffisant. Et rien n’est prévu pour les personnes qui ne souhaitent pas demander l’asile en France mais poursuivre leur route, la plupart vers la Grande-Bretagne. La maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, avait ainsi promis en juin la création de centres de transit – s’attirant les critiques d’une partie de l’opposition, qui redoute que ces centres ne constituent une incitation à venir pour les clandestins.

« En Serbie, l’accueil était meilleur qu’ici »

La volonté de la municipalité se heurte à plusieurs obstacles : trouver des lieux adéquats, y entreprendre des travaux d’aménagement et convaincre des collectifs de soutien aux migrants avec lesquels elle entretient des relations pour le moins tendues. Pour le lycée Jean-Quarré, la Ville a demandé au comité La Chapelle en lutte les noms des migrants, afin de les loger pendant la durée des travaux. Cette liste a été refusée par les bénévoles, qui craignent que la mairie l’utilise pour expulser les sans-papiers. La mairie préfère parler d’un « dialogue constructif » et réfléchit à mener les travaux sans déloger les réfugiés. Un étage contaminé par de l’amiante sera condamné et des travaux d’urgence seront entrepris.

La préfecture de Paris, à qui revient d’autoriser ou non cette ouverture, soutient le projet, « à condition que le lieu soit géré par une association professionnelle, type Croix-Rouge ou Emmaüs », confirme Sophie Brocas, secrétaire générale de la préfecture d’Ile-de-France. Le centre d’accueil, d’une capacité de 100 à 150 personnes, fonctionnerait jusqu’à la transformation du lycée en médiathèque, prévue en 2020.

Actuellement, entre 200 et 300 migrants, venus du Darfour, d’Erythrée, du Soudan, de Libye, du Tchad ou du Maghreb, squattent le lycée dans des conditions précaires. Les douches du bâtiment sont régulièrement inondées et les toilettes en nombre réduit. Les occupants survivent grâce aux bénévoles et aux dons des habitants du quartier, qui fournissent matelas, draps ou encore nourriture. « En Serbie, l’accueil était meilleur qu’ici », raconte Ahmed Adil, réfugié soudanais. Après un périple d’un an, épuisé et traumatisé, l’homme de 51 ans « n’imaginait pas se trouver dans une situation pareille ».

Lire le reportage : « J’essaie tous les jours de passer en Angleterre »

Accueillir aussi des sans-abri

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/08/17/534x0/4727870_6_b3e1_les-tentes-boulevard-de-la-chapelle-a-paris_6f815bcd6eedaec8474e35ddae6c585d.jpg

Les tentes, Boulevard de la Chapelle à Paris, au début du mois de juin.

Autre sujet de polémique, « le centre ne sera pas forcément réservé aux migrants », précise la préfecture de Paris. L’ancien lycée hôtelier devrait aussi accueillir des sans-abri dans le cadre du plan hivernal, qui prévoit des places supplémentaires d’hébergement. Pourtant, l’accueil de migrants dans des centres habituellement dévolus aux SDF a montré ses limites ces derniers mois. Les travailleurs sociaux qui gèrent ces centres accueillent des sans-abri très marqués par la rue, isolés, désocialisés, certains souffrant de troubles psychiatriques. Les migrants forment un public très différent, souvent issu des classes moyennes de leur pays, où ils étaient ingénieurs, journalistes, universitaires, avocats, étudiants…

Au Centre Gravelle de Vincennes, un ancien lieu de rétention converti en hébergement lors des grands froids et rouvert, le 8 juin, pour faire face à la vague migratoire, les migrants se sont rebellés contre les règles spartiates qui régissent ce lieu habitué à recevoir les sans-abri du bois de Vincennes, demandant, par exemple, du savon et un fil à linge… « Nous avons changé 75 % de l’équipe des surveillants de nuit qui n’étaient pas dans le dialogue », reconnaît le directeur de Gravelle, membre d’Emmaüs Solidarité.

« Nous n’allons pas mettre en concurrence migrants et SDF, tranche Sophie Brocas. Nous devons pouvoir accueillir tout le monde. » Afin de répondre aux besoins de chacun, des « équipes pluridisciplinaires » seront mises en place. Elles aideront notamment les migrants dans leurs démarches administratives. Des associations pourront également offrir des services complémentaires, comme des cours de français.

Lire sur Les Décodeurs : Cinq questions sur le droit d’asile

Amélie Petitdemange (avec Isabelle Rey-Lefebvre)

 
Suite de la grève de la faim des Réfugiés hébergés au Centre Emmaüs Raymond Losserand à Paris 75014 PDF Imprimer Envoyer
grève de la faim
Mardi, 18 Août 2015 13:36

Suite de la grève de la faim des Réfugiés hébergés au Centre Emmaüs Raymond Losserand à Paris 75014

Urgent : Grève de la faim des Réfugiés hébergés au Centre Emmaüs Raymond Losserand à Paris 75014- Action en ce moment-même.

Urgent : Grève de la faim des Réfugiés hébergés au Centre Emmaüs Raymond Losserand à Paris 75014- Action en ce moment-même.

--------------------

https://paris-luttes.info/migrants-en-greve-de-la-faim-suite-3678

Migrants en grève de la faim suite aux mauvaises conditions de mise à l’abri chez Emmaüs...

Publié le 12 août 2015| Mis à jour le 17 août

Suivi après l’action, ce mercredi 12, au centre Emmaüs, rue Raymond-Losserand, 14ème. Après 48h de garde à vue : nos camarades déférés !

Manifestation le samedi 15 août, rdv 16h30 au Lycée Guillaume Budé, 7 rue Jean Quarré , direction République

Plus d’infos dans l’article.

Le 14 Aout :

Nos camarades sont en garde à vue depuis 48h ce 14 août, l’un d’entre eux est un migrants demandeur d’asile. Ces arrestations font suite à une plainte d’Emmaüs pour une soi-disante séquestration. Nous apprenons à l’instant qu’ils sont déférés.

Ce matin, le 14 août, les migrants en lutte hébergés au centre Pernety ont rédigé un communiqué afin de s’exprimer sur les faits qui se sont déroulés le 12 août. Ils ont entamé une grève de la faim le 11 août au soir pour protester contre leurs conditions d’hébergement et l’absence de leur prise en charge administrative. En effet il n’y a aucun suivi de leur dossier de demande d’asile. Dans l’après-midi du 12 août quatre soutiens sont venus exprimer leur solidarité. A cette occasion les migrants ont demandé à voir des représentants de la mairie de Paris et de l’Ofpra. Devant l’absence d’interlocuteurs ils ont décidé d’occuper le centre. Les migrants insistent sur le fait qu’ils sont seuls à l’initiative de cette action. Par ailleurs à aucun moment ils n’ont empêché qui que ce soit de quitter les lieux si ils le souhaitaient.

D’après les témoignages des migrants hébergés dans ce centre, la police est entrée par la force et a procédé à l’arrestation des quatre soutiens présents.

Sur la base du communiqué rédigé par les migrants de Pernety nous ne pouvons que condamner les allégations formulées par Emmaus, la mairie de Paris et la préfecture. En effet, les migrants réfutent les accusations de manipulation par les soutiens. Cette opération n’a pour but que de discréditer la lutte des réfugiés.

Certains des migrants de Pernety ont repris leur grève de la faim. En effet la mairie s’était engagée à reprendre le dialogue le lendemain de l’occupation. A ce jour personne ne s’est déplacé.

Concernant nos camarades retenus en garde à vue, nous savons d’ores et déjà que les droits de la défense n’ont pas été respectés pour certains d’entre eux.

En parallèle, pour se donner bonne figure la préfecture convoque les médias au centre d’hébergement du Loiret ce jour. Afin de s’assurer qu’aucune critique ne soit émise, la parole des migrants est conditionnée par l’autorisation de la préfecture.

Les autorités de s’y trompent pas, la répression qui s’abat sur les soutiens et les réfugiés a pour objectif de décourager toute velléité de résistance.

Nous condamnons la décision du procureur de déférer nos camarades.
Nous condamnons fermement la répression des luttes sociales. Nous exigeons toujours la libération de nos quatre camarades et l’abandon de toutes poursuites judiciaires. Cet acharnement policier puis judiciaire contre toutes formes de luttes et de solidarité est inacceptable.

Nous appelons à une manifestation le samedi 15 août, rdv 16h30 au Lycée Guillaume Budé, 7 rue Jean Quarré , direction République

Soyons nombreux à les soutenir !
La solidarité n’est pas un crime.

Le 12 Aout :

40 migrants hébergés dans un centre Emmaüs (47, rue Raymond-Losserand, 14ème, métro Pernety) depuis le 28 juillet, ont commencé une grève de la faim, aujourd’hui (mercredi 12 août 2015 en matinée), pour dénoncer les conditions de leur prise en charge : nourriture immangeable et en quantité insuffisante, aucun produit d’hygiène, aucun titre de transport, aucun suivi administratif et aucun droit de visite.

Rassemblement aujourd’hui à partir de 17h30 devant le commissariat du 4ème arrondissement de Paris au 27 bd Bourdon métro Bastille pour exiger la libération des 4 camarades (3 soutiens et un réfugié) qui n’ont fait que défendre les droits des réfugiés !
De Vincennes au quatorzième, la lutte des réfugié-e-s continue !
13 août
  • 19h : présence policière puis intervention vers 19 h 20.
  • 20h : 4 à 5 interpellé-e-s. Pour info, le syndicat de flics UNSA, au mépris de la présomption d’innocence, balançait déjà sur Twitter, avant l’intervention (19h) : "#alerte @UNSAPOLICE des membres d’Emmaus séquestrés par des migrants dans un hôtel ! Bon courage aux collègues sur le dispo !"
  • 22 h : appel à rasemblement pour les 4 interpellé-e-s, 1 réfugié et 3 soutiens, devant le commissariat du 3, rue Riquet (01 53 26 44 66), 19ème, où ielles sont en GAV.
  • jeudi 13 août : Les personnes arrêtées seraient en fait en garde-à-vue à la Sûreté Territoriale du 4e arrondissement (27 boulevard Bourdon, métro Bastille)

Voici leur communiqué :

Communiqué des migrants du centre Emmaüs-Solidarité du 47 rue Raymond-Losserand, 75014 Paris

Lors de l’évacuation de la halle Pajol, le 28 juillet dernie, Pascal Brice, directeur de l’OFPRA, nous a promis deux choses : un suivi de nos démarches et un hébergement correct. Nous avions alors été relogés au centre Emmaüs Solidarité de la rue Raymond-Losserand.
15 jours plus tard, ces promesses n’ont pas été tenues.
Nul suivi de nos démarches n’a été entrepris. Si nous comparons notre situation légale à celle des migrants restés à la Chapelle, nous constatons qu’ils sont plus avancés que nous.
Nous avons décidé de commencer ce matin une grève de la faim pour protester contre les conditions indignes que nous subissons : absence de titres de transport, nourriture insuffisante et de très mauvaise qualité, interdiction de droit de visite, entre autres.
Nous sommes venus parce que dans nos pays il y a la guerre, nous sommes venus pour être considérés comme des hommes, nous sommes venus pour que nos droits soient respectés.
Aujourd’hui nous demandons :
Où est le respect des droits de l’homme ?
Où est le respect de la loi française ?
Nous voulons que le gouvernement prenne conscience de notre situation.
Nous exigeons que les promesses qui nous ont été faites, celle d’un suivi pour nos démarches et d’un hébergement correct (avec tout ce que cela comprend en termes de droits sociaux), soient respectées.
Nous exigeons des explications en personne de la part de Pascal Brice, directeur de l’OFPRA.

Plus d’infos sur les Twitter et Facebook du collectif La Chapelle en lutte :
Twitter
FB

----------------------

Centre d’accueil Losserand : L’Etat, La ville de Paris et Emmaüs Solidarité condamnent l’intrusion d’une poignée de militants.

Publié le 12 août 2015

L’État, la Ville de Paris et Emmaüs Solidarité condamnent avec la plus grande fermeté l’intrusion d’une poignée de militants dans le centre d’hébergement de migrants, situé rue Raymond Losserand dans le 14e  arrondissement de Paris.

L’État, la Ville de Paris et Emmaüs Solidarité jugent inacceptables les menaces et les insultes proférées à l’égard des équipes d’Emmaüs Solidarité ainsi que la séquestration des salariés et des migrants présents, qui ont contraint la police à intervenir.
Quelles étaient les allégations de ces individus, non représentatifs des migrants logés dans ce centre ?

-          « Les repas sont insuffisants et de mauvaise qualité » : les migrants ont, au contraire, souligné la qualité de leurs conditions d’accueil  lors de la visite de presse du centre Losserand du 5 août dernier.

-          « Les démarches administratives sont trop lentes » : l’OFII, comme prévu, s’est rendu dans le centre, dans les 48 h après l’arrivée des migrants, afin de présenter les démarches à entreprendre. Par ailleurs, le GIP HIS, chargé par le préfet de région d’une mission de suivi et d’accompagnement individuel des migrants, s’est rendu dans ce centre à trois reprises  : lundi 3 et mercredi 5 août ainsi que lundi 10 août. Ces déplacements ont permis au GIP HIS de rencontrer chaque migrant présent et d’engager un suivi individualisé.

-          « L’absence de titres de transport » : les déplacements pour accomplir les démarches administratives sont pris en charge par l’Etat. Ce centre se trouve, par ailleurs, à proximité immédiate de nombreux services, dont un centre de santé.

-          « L’interdiction du droit de visite » : le centre, installé dans un ancien hôtel, garantit la liberté d’aller et venir  dans le respect du règlement intérieur et du vivre ensemble.
L’Etat, la Ville de Paris et ses partenaires se mobilisent et déploient des moyens sans précédent afin d’accueillir, avec professionnalisme et dignité, les femmes et les hommes dans la détresse. Depuis le 2 juin dernier, pour faire face à un afflux exceptionnel de migrants dans la capitale, 1 300 places d’hébergement ont été proposées.
Alors que les pouvoirs publics sont pleinement mobilisés, force est de constater que certains individus cherchent à entretenir des foyers de tension en diffusant de fausses informations et en menant des actions agressives à l’égard des gestionnaires de centre.
Ces actions, basées sur le mensonge et la violence, sont intolérables. Elles n’ont pas pour but de soutenir les migrants : elles leur portent au contraire préjudice, et installent le désordre.

Contact-presse  
Préfecture d’Ile-de-France et de Paris / 01 82 52 40 25 /  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
 Twitter :  https://twitter.com/prefet75_IDF    Google + : https://plus.google.com/+IledefranceGouvFrParis

--------------------

http://www.emmaus-solidarite.org/occupation-des-sites-de-lassociation-emmaus-solidarite-communique-de-la-direction-generale-du-13-aout-2015/

Occupation des sites de l’association EMMAÜS Solidarité Communiqué de la Direction générale du 13 août 2015

13.08.2015

Les migrants ne peuvent pas être les otages d’accusations mensongères concernant leurs conditions d’hébergement.

EMMAÜS Solidarité qui a plaidé pour la mobilisation de solutions dignes dans la durée et avec accompagnement, ne peut accepter l’occupation de ses sites accueillant des migrants, sur la base d’allégations erronées.

Après l’occupation du site de la Redoute de Gravelle quelques heures la semaine dernière, de nouveaux incidents sont en effet survenus hier sur le site de Losserand, nécessitant l’intervention des forces de l’ordre afin de libérer l’équipe séquestrée.

La Direction Générale s’inscrit totalement en faux sur des propos une fois encore mensongers et salue le travail de qualité fait par les équipes de l’association, qui œuvrent quotidiennement, avec professionnalisme, au service des personnes accueillies dans ses structures.

La réalité des faits est précisée dans le communiqué du 12 août 2015 de la Préfecture et de la Ville de Paris.

Bruno MOREL

Directeur général

EMMAÜS Solidarité

-------------------

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75014/lendemain-de-tensions-au-foyer-de-migrants-du-xive-13-08-2015-5008961.php

Lendemain de tensions au foyer de migrants du XIVe

Élodie Soulié | 13 Août 2015, 19h48 | MAJ : 13 Août 2015, 19h48
 

Rue Raymond-Losserand (XIVe) jeudi. Une quarantaine de migrants est hébergée dans cet ancien hôtel, désormais intégré dans les 1 300 places créées pour les réfugiés.

Rue Raymond-Losserand (XIVe) jeudi. Une quarantaine de migrants est hébergée dans cet ancien hôtel, désormais intégré dans les 1 300 places créées pour les réfugiés. (LP/E.S.)

Dépit et incompréhension du côté de l’association Emmaüs Solidarité. Tensions du côté des militants mobilisés pour l’accélération des aides aux réfugiés. Et au milieu, des migrants accueillis dans les foyers d’hébergements comme celui de la rue Raymond-Losserand (XIVe), où la soirée de mercredi s’est soldée par une intervention de police et plusieurs interpellations.

Trois militants et un migrant ont fini la nuit en garde à vue, pour avoir « séquestré » l’équipe d’Emmaüs Solidarité, gestionnaire de cet ancien hôtel transformé en foyer.

La tension montait en fait depuis plusieurs jours, partie d’une plainte de migrants, prêts à se mettre en grève de la faim pour dénoncer autant la qualité des repas que la lenteur, selon eux, des aides et procédures engagées avec les services de l’Etat.

Les incidents de mercredi soir laissent un goût amer

Prise à partie par des membres du collectif « La Chapelle en lutte », né au moment de l’évacuation des réfugiés de la Halle Pajol (XVIIIe), début juin, l’équipe d’Emmaüs Solidarité a fini par appeler la police mercredi soir. De quoi surchauffer encore une atmosphère à fleur de peau, dans ce petit hôtel de quartier où sont accueillis environ 40 réfugiés, pour la plupart venus d’Afrique, via la Libye et l’Italie.

« Le problème, ce n’est pas le manque de place », tempère parmi eux Abdou, un Soudanais de 29 ans. « Le confort ça va, c’est vrai que des gens se sont plaint qu’il n’y pas assez à manger, mais le problème surtout c’est que c’est long, pour les papiers, pour le logement ». « On ne voit personne », assure un autre.

A Emmaüs Solidarité, les incidents de mercredi soir laissent un goût amer. « Ce n’est vraiment pas dans la culture d’Emmaüs de faire appel aux forces de l’ordre, mais les militants du collectif de soutien ont empêché 6 salariés de sortir ! », regrette Bruno Morel, le directeur général d’Emmaüs Solidarité. « C’est un chantage inacceptable, alors que nous faisons tout, ici, pour que les migrants soient traités dignement ». Bruno Morel se dit d’autant plus écœuré que « Le jour même de l’ouverture de l’hôtel, tous les migrants, sauf deux absents, ont été vus par des agents de l’Office Français d’Immigration et d’Intégration (Ofii), pour faire le point sur leur situation.

Quand à la nourriture, ou aux tickets de transports réclamés par les migrants ? « La qualité de la structure est reconnue, les titres de transports sont commandés », assure le directeur.

 
Urgent : Grève de la faim des Réfugiés hébergés au Centre Emmaüs Raymond Losserand à Paris 75014- Action en ce moment-même. PDF Imprimer Envoyer
grève de la faim
Mercredi, 12 Août 2015 17:27

https://paris-luttes.info/migrants-en-greve-de-la-faim-suite-3678

Dernière minute, 19 h 00 : besoin de soutien. Police sur place.
19 h 20 : intervention policière.
20 h : 5 interpellé-e-s.


9 h 00 : présence policière puis intervention vers 19 h 20.
20 h : 4 à 5 interpellé-e-s.
Pour info, le syndicat de flics UNSA, au mépris de la présomption d’innocence, balançait déjà sur Twitter, avant l’intervention (19h) : "#alerte @UNSAPOLICE des membres d’Emmaus séquestrés par des migrants dans un hôtel ! Bon courage aux collègues sur le dispo !"


22 h : appel à rasemblement pour les 4 interpellé-e-s, 1 réfugié et 3 soutiens, devant le commissariat du 3, rue Riquet (01 53 26 44 66), 19ème, où ielles sont en GAV garde à vue.

Site de la CISPM.org sur le lien web ci-dessous :

Urgent : Grève de la faim des Réfugiés hébergés au Centre Emmaüs Raymond Losserand à Paris 75014- Action en ce moment-même.

Envoyé le : Mercredi 12 août 2015 18h27 mail FW
Objet : Urgent : Grève de la faim des Réfugiés hébergés au Centre Emmaüs Raymond Losserand - Action en ce moment-même.


Communiqué des migrants du centre Emmaüs-Solidarité du 47 rue Raymond Losserand - 75014 Paris

Lors de l’évacuation de la halle Pajol, le 28 juillet dernie, Pascal Brice, directeur de l’OFPRA, nous a promis deux choses : un suivi de nos démarches et un hébergement correct. Nous avions alors été relogés au centre Emmaüs Solidarité de la rue Raymond Losserand.
15 jours plus tard, ces promesses n’ont pas été tenues.
 
Nul suivi de nos démarches n’a été entrepris. Si nous comparons notre situation légale à celle des migrants restés à la Chapelle, nous constatons qu’ils sont plus avancés que nous.
Nous avons décidé de commencer ce matin une grève de la faim pour protester contre les conditions indignes que nous subissons : absence de titres de transport, nourriture insuffisante et de très mauvaise qualité, interdiction de droit de visite, entre autres.
Nous sommes venus parce que dans nos pays il y a la guerre, nous sommes venus pour être considérés comme des hommes, nous sommes venus pour que nos droits soient respectés.
 
Aujourd’hui nous demandons :

- Où est le respect des droits de l’homme ?
- Où est le respect de la loi française ?
- Nous voulons que le gouvernement prenne conscience de notre situation.
- Nous exigeons que les promesses qui nous ont été faites, celle d’un suivi pour nos démarches et d’un hébergement correct (avec tout ce que cela comprend en termes de droits sociaux), soient respectées.
- Nous exigeons des explications en personne de la part de Pascal Brice, directeur de l’OFPRA.
 
Contact : Yacoub Salah Monsour : 07 53 64 56 33

 
Images intégrées 1
 
Paris : un migrant électrocuté en grimpant sur le toit d’un Eurostar dans la gare du Nord PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Dimanche, 09 Août 2015 13:47

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/paris-un-migrant-electrocute-en-grimpant-sur-le-toit-d-un-eurostar-dans-la-gare-du-nord-7779257947

Un adolescent égyptien a été électrocuté ce mercredi après-midi vers 14h, alors qu’il tentait de monter frauduleusement à bord d’un Eurostar, à la gare du Nord. Transporté en urgence par le Samu à l’hôpital Saint-Louis, il est en état de mort cérébrale.

L'Eurostar en 2014.
Crédit : AFP
L'Eurostar en 2014.

Un jeune Égyptien de 17 ans a été électrocuté ce mercredi après-midi vers 14h, alors qu’il tentait de monter frauduleusement à bord d’un Eurostar, à la gare du Nord, dans le Xe arrondissement de Paris. Transporté en urgence par le Samu à l’hôpital Saint-Louis, il se trouve en état de mort cérébrale.

L'adolescent, né en 1998, a été électrocuté par une caténaire après avoir sauté du toit d'un train sur celui d'un Eurostar, selon une source judiciaire confirmant une information du Parisien. Selon une source proche du dossier, l'homme "a le profil d'un migrant voulant rejoindre le Royaume-Uni". La société Eurostar indique seulement que le trafic a été perturbé en début d'après-midi en raison d'une coupure électrique liée à un accident de personne. L'enquête a été confiée à la police aux frontières.

Dans la nuit de mardi à mercredi, un migrant d'origine soudanaise est décédé dans le site du tunnel sous la Manche à Calais (Pas-de-Calais). Ce drame porte à neuf le nombre de migrants clandestins tués depuis début juin à l'intérieur du site ou en tentant de s'y rendre.

La rédaction vous recommande
par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
 



 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 1 sur 198