Agenda international

logo_et_assemblee.png
Ministère de la Régularisation de Tous les Sans-Papiers
STOP WAR ON MIGRANTS ! Demonstration in Berlin 6th of February 2015 - ARRÊTEZ LA GUERRE AUX MIGRANT(E)S ! Manifestation à Berlin le 6 Février 2015 - PDF Imprimer Envoyer
Action politique
Samedi, 24 Janvier 2015 14:07

http://cispm.org/

STOP WAR ON MIGRANTS !

Demonstration in Berlin 6th of February 2015 - One year from the Ceuta Massacre
12 am from Spanish Embassy - Lichtensteinallee, 1 - Tiergarten
7th of February Workshops on EU War policies, 8th of February Assembly for a transnational Solidarity Platform of Sans-Papiers, Migrants and Refugees.
10 am Mehringhof - Gneisenaustrasse 2 - Kreuzberg

Support the Action Days of the Berlin CISPM with the Crowdfunding:

https://www.betterplace.org/en/projects/24797-support-our-action-days-in-berlin-from-5th-to-8th-february-2015

Commemoration events : the 6th of February 2014, more migrants were trying a collective action to overcome the border of the enclave of Ceuta across the sea. The Spanish Guardia Civil,fired on the swimming Migrants with rubber bullets and tear gas. At least 15 people were murdered that day, and 50 all together were missing. Dozens more were injured and illegally pushed back to Morocco. Here you can watch the video of the protest and mourning demo in Berlin of February 2014 : https://vimeo.com/8777034

One year after the CISPM Berlin calls for an INTERNATIONAL DEMONSTRATION on 6 of February 2015 in Berlin: Stop War on Migrants! at the external borders as well as in the interiors policies.

Workshops on EU War on Migration on 7 of February 2015 on the proposed Agenda: 

1. EU War diplomacy. The international agreements: Dublin 1, 2, 3, Deportation's bilateral agreements, Militarization of border control. EU humanitarian rethoric, the "See rescue operation" and the Visa politics. Plaint against the EU for the deaths in the sea. 

2. Interior policies of persecution: Different EU Immigration Laws, Structural exploitation of illegalized Migrants' work, Institutional strategies for the deprivation of Rights: the Duldung in Germany, Homelessness in Italy. Lampedusa in Hamburg, Lampedusa in Berlin.  

8th of February meeting for the consolidation of a Transnational Action Platform of Sans-Papiers Migrants and Refugees.

CISPM - International Coalition of Sans-Papiers and Migrants: Voix des Migrants, Droit de Migrants, Caravan for the Rights of Refugees and Migrants   

With the support of: Afrique Europe Interact - Borderline Europe - Move and Resist Bielefeld


More Infos: cispmberlin.wordpress.com                Contact: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


                                                            =============

 http://cispm.org/                    ARRÊTEZ LA GUERRE AUX MIGRANT(E)S ! 


Manifestation à Berlin le 6 Février 2015 - Un an après le massacre de Ceuta 
- 12:00 h de l'Ambassade d'Espagne -  Lichtensteinallee, 1 - Tiergarten

7-8 Février Ateliers sur les politiques de Guerre de l'UE pour une plate-forme de solidarité transnationale des Sans-Papiers, Migrant(e)s et Réfugiés. 

- 10:00 Mehringhof - Gneisenaustrasse 2 - Kreuzberg

Soutenez les Journées d'action de Berlin CISPM avec lecrowdfunding:

https://www.betterplace.org/en/projects/24797-support-our-action-days-in-berlin-from-5th-to-8th-february-2015

Quatre jours d'événements de commémoration, manifestations et d'ateliers en Février 2015 de Berlin, axés sur différents aspects de la guerre
 de l'UE aux Migrant(e)s, aux frontières extérieures, ainsi que dans la politique intérieure. C' est une étape sur la voie à la création de la Plate-forme d'action transnationale des Migrant(e)s, des Réfugiés et Initiatives solidaires avec la CISPM - Coalition internationale des Sans-Papiers, Migrants, Réfugiés et Demandeurs d'asile.

Délégations de Sans-Papiers, Migrants Réfugiés et Initiatives en solidarité de huit pays européens (Belgique, France, Grèce, Italie, Pays-Bas, Pologne, Suisse, Espagne) et la Tunisie viennent à Berlin pour prendre part aux événements.La contribution aux frais de voyage, l'hébergement et la nourriture doivent être organisées.

Événements de commémoration: Le 6 Février 2014, plusieurs migrants essayèrent, dans une action collective, de surmonter la frontière de l’enclave de Ceuta à travers la mer. La Guarda Civile espagnole, en réaction contre la tentative d’entrer sur le territoire de l’UE, tira sur les migrants dans l’eau avec des balles de caoutchouc et

avec du gaz lacrymogène. Au moins 15 personnes ont été assassinées à ce jour et 50 d’entre elles ont été portées disparus! Des douzaines d’autres étaient blessé(e)s et refoulé(e)s illégalement au Maroc. Ici vous pouvez regarder la vidéo de la manifestation de protestation et de deuil à Berlin du Février 2014: https://vimeo.com/8777034

Un an après la CISPM Berlin appelle à une MANIFESTATION INTERNATIONALE le 6 de Février 2015 de Berlin: Arrêtez la guerre aux Migrant(e)s! aux frontières extérieures ainsi que dans les politiques des intérieurs.
 ;
Ateliers de discussions sur la guerre de l'UE contre la migration le 7 Février 2015, l'ordre du jour proposé: 

1. La diplomatie de guerre de l'UE  Les accords internationaux: Dublin 1, 2, 3, les accords bilatéraux de la déportation, la militarisation du contrôle des frontières. Rhétorique humanitaire de l'UE, les "opérations de sauvetage dans la mer" et la politique des Visas. Plainte contre l'UE pour les décès dans la Méditerranée. 

2. Les politiques intérieures de persécution: Différentes lois d'Immigration UE, exploitation structurelle du travail des Migrant(e)s  dits illégaux, stratégies institutionnelles pour la privation des droits: la Duldung en Allemagne, Sans-abri en Italie. Lampedusa à Hambourg, Lampedusa à Berlin . 

- 8  Février :  Assemblée conclusive pour la consolidation d'une plate-forme d'action transnationale des Sans-Papiers Migrants et des Réfugiés.

CISPM - Coalition Internationale des Sans-papiers et Migrants: Voix des Migrants. Droit de Migrants, Caravan for the Rights of Refugees and Migrants 

Avec le soutien de:  Afrique Europe Interact - Borderline Europe - Move and Resist Bielefeld.     


 
Procès au tribunal de Pantin 93 le 03 février 2015 à 9h contre le collectif sans papiers Baras PDF Imprimer Envoyer
Tribunaux
Vendredi, 23 Janvier 2015 14:56

lesbaras(AT)squat.net À Ministere SP jan 22 à 9h57 PM

Solidarité avec le collectif BARAS
Le Collectif Baras, né il y a plus de 2 ans, a besoin de votre solidarité car nous sommes menacés d’expulsion du bâtiment occupé 72 rue René
Alazard à Bagnolet.
Notre procès va se tenir mardi 3 février 2015 à 9h au tribunal de pantin.
Votre présence est importante !
RV au tribunal de pantin le 3 février à 9h (métro église de Pantin).Sans ce bâtiment, le collectif se retrouverait une nouvelle fois à la rue !

Pour montrer notre détermination, nous organisation samedi 31 janvier 2015 à 11h un rassemblement devant la mairie de Bagnolet puis, juste après,
un repas de soutien au squat  72 rue René Alazard (repas avec et sans viande).
Ce repas permettra de nous aider financièrement à faire face à la situation.

Collectif Baras
07 78 32 14 75 ou 07 51 28 82 69

lesbaras(AT)squat.net

Régularisation des sans-papiers !
Des logements pour tou.te.s !

Historique de la lutte : 

- Montreuil 93: Tournoi de foot en soutien au Collectif Baras dimanche 30 novembre 2014

- Appel à soutenir le collectif Baras au tribunal d'instance de Pantin 93 mardi 4 novembre à 9h30

- Paris 20ème: Manifestation du collectif Les Baras samedi 27 sepembre à 14h.
- Occupation d'un nouveau lieu à Bagnolet 93 par le collectif SP des Baras 93.

- Méga urgent: Les CRS sont au squat "les Baras" au 124 avenue Galliéni à Bagnolet 93, Évacuation du devant du squat d'un instant à l'autre.

- Urgent: Incendie au squat "Les Baras" 124 avenue de Galliéni à Bagnolet 93.

- Expulsion imminente: rdv mercredi 23 juillet à 5h30 le matin devant le squat "Les Baras" au 124 avenue Galliéni à Bagnolet 93

- Lettre ouverte du collectif des Baras aux élues des mairies de Montreuil et de Bagnolet 93.
- Rassemblement en solidarité avec les squats du collectif des Baras, devant la mairie de Bagnolet 93 vendredi 16 mai à 10h.

 
 
« Personne ne pensait s’en sortir vivant » PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Samedi, 03 Janvier 2015 22:51

LE MONDE | • Mis à jour le | Par

Des migrants rescapés du "Blue-Sky-M", le 31 décembre 2014, à Gallipoli, en Italie.

« Je suis vivant. Mais je t’en prie, dissuade tous ceux qui veulent rallier l’Europe de prendre le bateau. » En quittant le Blue-Sky-M, mercredi 31 décembre 2014 à 4 heures du matin, Mohamed Abdelkarim, Syrien de 47 ans, trouve la force d’appeler son épouse réfugiée en Turquie.

Le cargo qui le transportait, lui et 796 autres migrants syriens, avait été abandonné par son équipage quelques heures plus tôt, la veille, moteur à plein gaz et direction bloquée. Des gardes-côtes italiens, hélitreuillés sur le navire, ont réussi à reprendre son contrôle à neuf kilomètres des rochers vers lesquels il se dirigeait. Mais cela, Mohamed et ses compagnons d’infortune n’en n’ont rien su avant leur accostage.

Sept jours durant, ils ont été confinés dans la cale, ont supporté dans une obscurité glaciale la mer déchaînée, l’eau qui pénètre dans la veille coque de 38 ans. Ils étaient trop serrés pour s’allonger, trop terrorisés pour dormir. « Les deux derniers jours, on n’avait plus rien à manger, ni à boire. Les enfants pleuraient en permanence. Ils avaient faim, soif. Tellement froid aussi. Un de mes voisins a déchaussé un petit. Ses pieds étaient exsangues. Comme morts… Les gens étaient malades, stressés. Personne ne pensait sortir vivant du bateau », raconte Mohamed Homsi, un Syrien de 23 ans, tout récent diplômé en ingénierie de l’université d’Alep.

« Notre cargo est parti de Mersin, en Turquie, le 25 décembre. Tout le monde sait à Damas ou Alep que c’est là qu’il faut aller », explique Ouassem Aboufakher, 35 ans. Lui a d’ab...

L’accès à la totalité de l’article est protégé Déjà abonné ?

Des migrants rescapés du "Blue-Sky-M", le 31 décembre 2014, à Gallipoli, en Italie.

« Personne ne pensait s’en sortir vivant »

Il vous reste 77% de l'article à lire

Achetez cet article 2 € Abonnez-vous à partir de 1 € Découvrez l’édition abonnés

 
Urgence Paris: Rassemblement « Urgence : 100 mineurs à la rue » PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Vendredi, 26 Décembre 2014 23:25

http://paris-luttes.info/occupation-d-un-gymnase-a-paris-2328

Le Mardi 23 décembre 2014 23h56, Fermeture retention <fermeturetention(at)gmail.com> a écrit liste Zpajol :
Occupation d'un gymnase à Paris 10e par les mineurs isolés
Nous, jeunes réfugiés, âgés entre 12 et 17 ans, sommes depuis deux mois livrés à nous-mêmes dans Paris. Arrivés de divers pays d’Afrique,
nous vivons et dormons dehors en cette période de grand froid. Pour faire face à cette épreuve, nous avons décidé de nous regrouper. Ainsi
nous dormons ensemble boulevard de la Villette dans le 19e arrondissement.
L’Etat refuse de nous reconnaître pour ceux que nous sommes, à savoir des mineurs isolés en danger. A l’heure actuelle, nous sommes exclus
de tous les droits existants pour nous en tant que mineurs, à savoir la protection, la santé et l’éducation.

Livrés à nous-mêmes, la seule option qui nous est proposée est de faire la queue à la Permanence d’accueil et d’orientation des mineurs
isolés étrangers pour une improbable place d’hôtel réservée pour 25 personnes alors que nous sommes plus de 100 à être confrontés à cette
situation d’extrême précarité. De fait, nous sommes alors contraints de passer la nuit dehors en plein hiver, dans l’insécurité, sans
nourriture, ni vêtement, sans soins ni hygiène.

Dans ce calvaire, nous avons rencontré des personnes, des associations qui nous soutiennent (nourriture, vêtements…).  Ensemble, nous avons
convenu que cette situation ne pouvait plus durer. Compte tenu du froid et de la fatigue, nous avons décidé de trouver par nous- mêmes
un refuge, vu qu’aucune solution ne nous est proposée. Nous avons décidé d’investir un gymnase ce dimanche 21 décembre, au 116, quai de
Jemmapes - 75010 Paris,

Comme nous avons compris que pour l’Etat nous n’existons pas, par cet acte nous interpellons les autorités publiques. Nous exigeons d’être
pris en charge comme la loi l’impose dans le cadre de la protection des mineurs (hébergement,  scolarité).

La Mairie de Paris doit également prendre ses responsabilités et nous trouver des solutions d’hébergement afin qu’aucun mineur ne reste à la
rue.
Nous appelons tout le monde à venir nous rencontrer et nous soutenir.


------

Rassemblement « Urgence : 100 mineurs à la rue »

|

Une centaine de mineurs réfugiés, âgés de 12 à 17 ans, se trouvent à la rue, livrés à eux-mêmes depuis plusieurs mois. Après avoir occupé un gymnase duquel ils se sont fait expulser (lire leur communiqué à ce sujet), ils sont installés près du métro Jaurès, au 127 Boulevard de la Villette, devant l’Aide sociale à L’Enfance.

Ces adolescents, abandonnés à leur propre sort, dorment dehors malgré le froid et ni la Mairie ni le 115 ne trouvent de solution d’urgence pour les loger. Face à cette situation intenable et dramatique, des habitants et bénévoles se mobilisent. Une action est ainsi prévue :

Le vendredi 26 décembre, a 18h, au 127 boulevard de la Villette, métro Jaurès

Pour distribuer gâteaux, bonbons, chocolat chaud, ainsi que des cadeaux, couvertures et vêtements chauds aux enfants... Toute aide est la bienvenue pour préparer ces collations (gâteaux, cake, boissons..) ou apporter des jouets, duvets, vêtements, etc..

Essayons de leur offrir un goûter de Noël faute de mieux. Ils sont nombreux et nous avons besoin de renfort.


Articles de la même thématique...

> Tous les articles "Migrations - sans-papiers"



 
Calais : ouverture provisoire d'un centre d'hébergement pour migrants PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Vendredi, 26 Décembre 2014 22:34

Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le

Des migrants à Calais, le 17 décembre 2014.

Un bâtiment industriel, chauffé et aménagé avec des matelas, devait être ouvert vendredi 26 décembre au soir à Calais pour héberger des migrants installés dans des abris de fortune, dans le cadre du plan grand froid, a annoncé la préfecture du Pas-de-Calais.

Le bâtiment, qui peut accueillir jusqu'à 500 personnes, devait être ouvert vendredi à 18 h 30, jusqu'à 9 h 30 samedi matin, ainsi que durant la nuit de samedi à dimanche, a ajouté le chargé de la communication de la préfecture.

A terme, la capacité d'accueil pourrait être portée à 1 500 personnes si nécessaire. Les migrants devaient être installés dans un local fermé situé à l'intérieur d'un hangar industriel d'une superficie de 4 000 mètres carrés, équipé de matelas et de tapis de sol, chauffé et éclairé, à quelques kilomètres du port de Calais.

« VIGILANCE ORANGE » NEIGE ET VERGLAS

Environ 2 300 clandestins, originaires principalement de l'Afrique de l'Est, se trouvent actuellement à Calais d'où ils tentent de se rendre en Grande-Bretagne, considérée comme un Eldorado, le plus souvent en montant dans des poids lourds qui embarquent sur des car-ferrys.

Lire notre reportage (édition abonnés) : A Calais, dans la « jungle » des Soudanais

Dix-neuf départements du quart nord-est de la France et des Alpes du Nord sont placés par Météo France en « vigilance orange » neige et verglas, à compter de vendredi soir et au moins jusqu'à dimanche matin.

Dans le Pas-de-Calais, 70 places d'hébergement supplémentaires sont prévues dans le cadre du déclenchement du niveau 2 du plan grand froid, s'ajoutant aux 159 places déjà ouvertes lors du déclenchement du niveau 1.


En savoir plus sur:

 http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/12/26/calais-ouverture-provisoire-d-un-centre-d-hebergement-pour-migrants_4546497_3224.html#JuDdCOeOlD7ftTFb.99
--------
Plus d'informations
avec plusieurs dizaines d'articles  :
http://www.ministere-de-la-regularisation-de-tous-les-sans-papiers.net/joomla1.5/index.php?searchword=calais&ordering=&searchphrase=all&Itemid=1&option=com_search
 
Rapatriement des migrants nigériens : une "rafle" menée dans la violence à Oran ! PDF Imprimer Envoyer
Déportation imminente
Vendredi, 26 Décembre 2014 19:37

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.12.14 | 17h07

http://www.elwatan.com/actualite/rapatriement-des-migrants-nigeriens-une-rafle-menee-dans-la-violence-a-oran-24-12-2014-282807_109.php

L’opération de rapatriement des migrants Nigériens, décidée communément par l’Algérie et le Niger, a tourné au vinaigre, ce mercredi matin, à Oran.

Ce matin, vers les coups de 3h, une descente policière a ciblé les quartiers susceptibles d’abriter cette catégorie de la population, pour les emmener, manu-militari, vers le nouveau centre d’accueil relevant de la Direction des Affaires Sociales (D.A.S), à Bir El Djir. La police a été appuyée par les services de la protection civile, et le Croissant-Rouge Algérien.

Mais le problème est que les commanditaires de cette opération nocturne n’ont pas fait de distinguo entre les migrants Nigériens, et le reste de la communauté subsaharienne qui habite à Oran. La police a procédé à leur embarquement, parfois de manière musclée, sans tenir compte de leur nationalité. Ils sont allés les chercher dans les hôtels où ils ont l’habitude de passer la nuit, et même dans leur propre demeure.

« En à peine 5h, beaucoup de migrants subsahariens qui habitent à Oran ont perdu tous leurs biens, car quand ils ont été emmenés, leur maisons étant restés ouvertes, des voyous n’ont pas hésités à les piller sans vergogne !», nous explique un des représentants de la communauté subsaharienne à Oran. Beaucoup, via les réseaux sociaux, ont dénoncé « un délit de faciès » dont ont été victimes ces émigrés, et ont même parlé de «rafle».

Ce matin, les rares membres d’associations caritatives ayant pu « s’infiltrer » à l’intérieur du centre d’accueil ont dénombré pas moins de 12 nationalités, et un total de 600 migrants placés dans ce centre de rétention. «Tous les migrants qui ont été placés dans ce centre ne sont pas des sans-papiers, il y en a même un qui est étudiant à l’université de Belgaïd, c’est dire la désorganisation totale de cette opération ! » s’indigne un citoyen versé dans l’action humanitaire.


Hormis ceux du Niger, qui devront être rapatriés, les autres migrants ont été relâchés au fur et à mesure que la D.A.S procédait à leur fichage. Les membres du Croissant-Rouge, pour leur part, ravitaillaient le centre en nourritures et en eau, cela dit, des carences, notamment en matière de lait, de couches pour bébés et de médicaments ont été relevées. A cela, il était quasi-impossible à tout un chacun de pénétrer à l’intérieur du centre de rétention, sans se faire aussitôt « expulsé ».


Pour exemple, le père Thierry, du diocèse de Saint-Eugène, a été empêché d’y accéder, alors qu’il souhait rencontrer ses coreligionnaire. En effet, parmi les migrants embarqués, on pouvait compter autant de musulmans que de chrétiens, et certains ont trouvé regrettable que cette opération soit menée à la veille de Noël, une fête sacrée chez les chrétiens. 

Akram El Kébir

--------

Rapatriement musclé hier de migrants nigériens: Une opération menée sans préparation à Oran

http://www.tamoudre.org/rapatriement-muscle-hier-de-migrants-nigeriens-une-operation-menee-sans-preparation-a-oran/developpement/migrations/


 
Manifestations le 18 décembre 2014 à Paris et en province : Journée Internationale des Migrants. PDF Imprimer Envoyer
Manifestations
Mercredi, 17 Décembre 2014 21:55

Le Mercredi 17 décembre 2014 19h49, Philippe Wannesson <wannesson.philippe(at)wanadoo.fr> a écrit :
https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/12/17/18-decembre-manifestation-a-calais-et-soutiens-dans-dautres-villes/


À la veille de la manifestation à Calais « Non au « mur de la honte » à Calais », des rassemblements de soutien sont organisés ailleurs en France :

À Bressuire, rassemblement à 18h place Notre-Dame

À Mulhouse, rassemblement de 12h30 à 13h30 devant la sous-préfecture

À Rennes, rassemblement à 18h place de la République

À Paris, la manifestation se fait sous ses propres mots d’ordre, mais l’appel mentionne le soutien à Calais : départ à 18h de Belleville

À calais :

Accueil des groupes devant le théâtre à partir de 10h, rassemblement à partir de 10h30, prises de parole.

12h15 : halte festive place Foch, devant le parc Richelieu, prises de parole.

13h15 : rond-point devant le port, à l’intersection de l’avenue Cousteau et de la rue du Quai de la Loire, prises de parole, remise du passeport de citoyenneté universelle à Guy Bedos et Rokhaya Diallo; action symbolique; fin de la manifestation à 13h45.

15h30 : repas avec les exilés quai de la Moselle.

Téléchargez le programme ici.

Bressuire :

murhonte

Mulhouse :

Pour refuser la construction d’un mur de la honte à Calais.
Pour la mise en place partout de dispositifs d’accu eil dignes.
Pour obtenir, à tous niveaux, de nouvelles politiques migratoires respectueuses des droits des migrants.

Le collectif mulhousien URGENCE-WELCOME (Association d’Accueil des Demandeurs d’Asile, CCFD-Terre-Solidaire-68, Cimade-68, LDH (section Mulhouse), Emmaüs Cernay, Pastorale des Migrants, Conseil Local de la Solidarité-Zone Pastorale de Mulhouse.) appelle à participer à un temps de rassemblement, de 12h30 à 13h30, devant la sous-préfecture de Mulhouse, en solidarité avec la mobilisation d’ampleur à Calais, le jeudi 18 décembre, journée internationale des Migrants.

Téléchargez le tract d’appel ici.
-----------------

Manifestation le 18 décembre 2014 à Paris: Journée Internationale des Migrants, plus le communiqué du CSP 92

 
Manifestation le 18 décembre 2014 à Paris: Journée Internationale des Migrants, plus le communiqué du CSP 92 PDF Imprimer Envoyer
Manifestations
Mercredi, 17 Décembre 2014 21:21

http://paris.demosphere.eu/rv/35740

Déclaration de l'Union Nationale des Sans Papiers (UNSP)

Nous sommes, selon différents rapports, entre 300 à 400 000 Sans Papiers en France, venus souvent au péril de notre vie. Nous fuyons, la misère, les guerres, le réchauffement climatique pour, simplement, voyager ou vivre et venir en aide à nos familles restées au pays.

Nous participons à la richesse culturelle, démographique et économique de la France par nos engagements, notre travail, nos cotisations.,

Cependant nous ne bénéficions d'aucuns droits et restons la proie du patronat qui nous exploite et nous maintient dans les conditions les plus précaires.

Cependant les lois de plus en plus restrictives votées par un pouvoir de plus en plus répressif ne nous donnent pas accès une une stabilité professionnelle et citoyenne. Pourtant, la Déclaration Universelle des droits de l'Homme stipule dans son Article 13 :

1) Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un état ;

2) Toute personne a le droit de quitter tout pays y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Contrairement à ce principe, depuis de nombreuses années des murs et des barbelés se construisent pour faire barrage à une soi-disant invasion. Cela a malheureusement pour conséquence des milliers de morts, faisant de la Méditerranée le plus grand cimetière du monde avec plus de 22000 morts, selon les déclarations de l'Organisation

Internationale pour les Migrations (OIM) et plus de 3000 morts depuis le début de l'année 2014.

La France dans son histoire, depuis toujours, a accueilli des migrants venus d'Italie, du Portugal, d'Espagne, de la Pologne etc....et des milliers d'hommes dans les colonies ont été enrôlés au cours des deux dernières guerres mondiales de 14/18 et 39/45 et ont payé massivement de leur vie. Après ces guerres, la France est allée chercher dans les pays de l'Afrique la main d'œuvre nécessaire à la reconstruction du pays.

Cette journée Internationale des Migrations est une occasion d'affirmer et d'exiger nos revendications :

  • Régularisation de tous les sans papiers par une carte de 10 ans !
  • Liberté de circulation et liberté d'installation !
  • Fermeture des Centres de rétention !
  • Non aux expulsions !
  • Suppression de Frontex !
  • Droit de vote et d'éligibilité !

Non a la guerre aux migrants !!!

Bernard Cazeneuve, le Ministre de l'Intérieur, intervient afin que les secours en mer de la marine italienne cesse.

L'objectif : rendre encore plus dangereuse et mortifère la route de la méditerranée afin de décourager les candidats à l'émigration. Le gouvernement français mène la guerre aux migrants qui veulent rejoindre l'Europe, mais il mène aussi la guerre au migrants qui sont en France.

On connaît les images de destruction des camps de Calais, mais, la guerre menée aux Sans-Papiers est sur tout le territoire français.

Des exemples :

L'expulsion.

Quand le futur expulsé refuse de monter dans l'avion « l'accompagnement » se fait sous la contrainte. C'est une escorte musclée, les sédatifs, le scotchage au fauteuil. Le PS qui, du temps de Sarkozy parlait d'humaniser l'inhumain n'a évidemment rien changé. Un mot d'actualité : un vol militaire à destination de Kinshasa est parti de Bruxelles avec 23 Sans-Papiers de différents pays. Les expulsions collectives sont condamnées par la Commission Européenne des Droits de l'Homme, mais évidemment, la France et la Belgique s'en moquent.

C'est une guerre avec ses morts et ses prisonniers. Le 21 août dernier, un homme de 51 ans est mort à Roissy par « asphyxie et régurgitation ». Mais les morts sont tous dans le même camp, en France et aux frontières de l'Europe.

La « retenue ».

Pour expulser, il faut capturer les personnes. La France ayant été condamnée par la Cour de Justice Européenne pour retenue illégale dans le cadre de défaut de titre de séjour, .le Ministre de l'Intérieur de l'époque (Manuel Valls) a décidé de faire passer une loi d'exception. Qu'est-ce qu'une loi d'exception ? C'est une loi qui ne concerne qu'une partie de la population, comme les lois contre les juifs sous l'occupation où celles visant les français musulmans pendant la guerre d'Algérie. Cette loi permet la retenue pendant 16 heures dans un local non défini, le temps de notifier une Obligation de Quitter le

Territoire Français (OQTF) et de transférer le SansPapiers dans un centre de rétention. Votée, fin décembre 2012, à l'unanimité des députés socialistes.

La « rétention ».

Au départ, elle était illégale tel le centre d'Arenc clandestin à Marseille avant 1981. Puis sous Mitterrand, les centres ont été légalisés et multipliés.

La période de rétention administrative a grimpé de gouvernements en gouvernements. Elle est aujourd'hui de 45 jours. La gauche qui parlait de revenir à 32 jours, l'a oublié une fois passées les élections de 2012.

La « Réquisition du Procureur de la République ».

C'est ce qui donne la couverture légale au bouclage d'un quartier pendant un laps de temps donné. Dans cette période et cet espace, la police a le droit de contrôler tout le monde. Évidemment les contrôles se font au faciès et visent l'ensemble des migrants. Car il faut contrôler tous ceux qui ont l'air migrants, pour détecter les Sans-papiers parmi eux. Ce procédé de bouclage, inventé par les nazis en 1933 et repris sous Pétain permet les contrôles racistes.

Les consulats complices des expulsions

Ceux qui mènent cette guerre cherchent des alliés. Ils vont les chercher dans les pays d'origine et dans les consulats en France même. Car, pour expulser, ils ont besoin que le pays reconnaisse le sans-papier comme un ressortissant et délivre un laisser-passer. Les consulats qui le font se rendent complice de l'expulsion, complice du vol des cotisations, complice de la destruction de la vie de la personne.

Les consulats nous disent qu'ils sont liés par des traités internationaux. C'est une façon de dire qu'ils doivent obéir à la France qui, 50 ans après la décolonisation, considère toujours l'Afrique comme une chasse gardée où elle fait et défait les gouvernements.

Dans les accords dit de « de co-développement » le pays d'émigration acceptait de faciliter les « retours » (c'est le mot élégant pour « expulsion ») en échange d'investissements. Ces derniers ne sont jamais venus.

Ceux qui développent le pays, ce sont plutôt les immigrés, avec ou sans-papiers qui construisent des écoles, des centres de santé, des systèmes d'adduction d'eau....

Ne laissons pas faire battons-nous tous ensemble

Manifestation jeudi 18 decembre a 18 h à Paris de Belleville à Strasbourg-Saint-Denis

document au format PDF:


Le Vendredi 12 décembre 2014 10h11, csp92 <csp92(AT)wanadoo.fr> a écrit :

Communiqué du CSP 92

Le CSP 92 informe l'UNSP   qu'il  " NE PARTICIPE PAS "  à cette Manifestation du 18/12/2014 mis en place par l'UCIJ et qu'il n'est pas signataire du texte d'Appel à Manifesté de l'UCIJ  pour les raisons suivantes:

1) l'UCIJ n'a jamais paticipé ou soutenu les Actions de l'UNSP ( malgré que le mouvement des Sans papiers est le principal Fondateur de l'UCIJ )

2) Le Texte d'Appel à Manifesté de l'UCIJ ne comporte pas le contenu de la Plate forme revendicative  du Mouvement des Sans papiers.

3) Le contenu du Texte d'appel à Manifesté de l'UCIJ va dans le sens des organisations syndicales et non celui du mouvement des sans papiers

4) dans le Contenu du Texte d'appel à Manifesté de l'UCIJ nous remarquons que c'est un texte qui opposent les sans papiers aux sans papiers

5) le Texte d'appel à Manifesté de l'UCIJ met en avant les Associations en particulier syndicales et exclut complètement l'existence Nationale du Mouvement des sans papiers


En conclusion c'est un texte(http://paris.demosphere.eu/rv/35740) bien régler pour la survie des Associations et de l'UCIJ dans un terrain qui appartient au Mouvement des sans papiers, instrumentalisation et manipulation sont le principe même de cette Manifestation tout en essayant de mettre en avant les TRAVAILLEURS OU TRAVAILLEUSES SANS PAPIERS.


Le CSP 92 a toujours rejeté cette étiquette  du mot "Travailleurs ou travailleuses sans papiers " pour  :

- le fait que les sans papiers ne sont pas pas fainéant(te)s ou des délinquants

- les sans papiers ne sont pas en France pour vivre sur le dos de la société française,

- le contrat de travail n'est pas une preuve de loyauté, il est un doute dans l'objectif de la présence de l'étranger sur le territoire français,

- le mot travailleurs (ses) sans papiers est mis  en opposition avec le travailleurs (ses) en Règle en France ou avec  le travailleur (se)  français (se).

C'est à cause de ce mot "TRAVAILLEUR (SE)" sans papiers que les immigrés (e)s ou les français (ses)  refusent de soutenir le Travailleur (se) sans papier  pour le fait que c'est une main d'oeuvre en concurence à bas prix  et avec une importante demande d'emploi.

Notre Principe est celui de:

* La Libre Circulation et la libre Installation

* LA RÉGULARISATION GLOBALE DE TOUS LES SANS PAPIERS SANS CONDITION

* L'Abrogation de la Double peine

* La fermeture des Honteux centres de Rétention

* La carte de Résident de 10 ans

* Une véritable lois d’accueil des étrangers(res) et du Droit d'Asile

Le CSP 92

--------------

Manifestations le 18 décembre 2014 à Paris et en province : Journée Internationale des Migrants.


À Bressuire, rassemblement à 18h place Notre-Dame

À Mulhouse, rassemblement de 12h30 à 13h30 devant la sous-préfecture

À Rennes, rassemblement à 18h place de la République

À Paris, la manifestation se fait sous ses propres mots d’ordre, mais l’appel mentionne le soutien à Calais : départ à 18h de Belleville


À calais :
Accueil des groupes devant le théâtre à partir de 10h, rassemblement à partir de 10h30, prises de parole.
- 12h15 : halte festive place Foch, devant le parc Richelieu, prises de parole.
- 13h15 : rond-point devant le port, à l’intersection de l’avenue Cousteau et de la rue du Quai de la Loire, prises de parole, remise du passeport de citoyenneté universelle à Guy Bedos et Rokhaya Diallo; action - - - - - symbolique; fin de la manifestation à 13h45.
- 15h30 : repas avec les exilés quai de la Moselle.
Téléchargez le programme ici.

 
Non au racisme et à la discrimination d’État: Manifestation ce vendredi 12 décembre 2014 devant le conseil d’État contre le décret du 23 octobre 2014 à Paris PDF Imprimer Envoyer
Manifestations
Jeudi, 11 Décembre 2014 22:09

Non au racisme et à la discrimination d’État.

Appel de la Coordination 75 des Sans-Papiers (CSP 75)

La CSP 75 appelle toutes les personnes de bonne volonté à se joindre à elle en vue de manifester ce vendredi 12 décembre 2014 devant le conseil d’État contre le décret  du 23 octobre 2014  rédigé dans le cadre de la réforme de l'Etat et de la simplification. Ce décret constitue une fois de plus un recul des droits des étrangers, entraînant pour eux des complications administratives.

RDV à 14h au métro République sur la place centrale du même nom à Paris, départ à 15h.

Appel à diffuser sur vos réseaux svp.

Merci de votre attention et de votre bienveillance.

Sissoko Anzoumane

Porter parole de la CSP75-CISPM.

06 51 70 74 92


 
« DébutPréc12345678910SuivantFin »

Page 1 de 184